Actualité Finance

Banque Espirito Santo : confirmation de l’interdiction

Banque Espirito Santo: l’interdiction d’exploitation a été confirmée par le Tribunal Fédéral

La Finma a imposé une interdiction de cinq et trois ans respectivement aux anciens membres du conseil et aux membres du conseil.

Le Tribunal fédéral (TF) a confirmé l’injonction pluriannuelle de la Finma contre deux anciens dirigeants de la banque privée en faillite Espirito Santo. L’agence appartient au groupe portugais Espirito Santo, qui a également connu des difficultés financières en 2014.

À l’automne 2014, l’Administration fédérale des marchés financiers (Finma) a engagé une procédure de mise en faillite contre les banques privées basées à Pully. Par la suite, il a entamé une procédure d’exécution contre l’agence et certains dirigeants.

En 2016, le régulateur a imposé une interdiction de cinq et trois ans aux anciens administrateurs et membres du conseil d’administration de toutes les institutions. Sous la supervision de Finma. C’est le résultat de deux condamnations prononcées vendredi par TF.

Le Tribunal fédéral a confirmé que si les dirigeants des deux pays ont découvert le problème depuis fin 2013, les deux dirigeants n’ont pas immédiatement informé les banques privées du grave surendettement du Groupe Espírito-Santo.

En ne fournissant pas ces informations, les deux administrateurs ont gravement enfreint les règles de contrôle. Leurs actions ont empêché la banque de prendre des mesures et ont également empêché le signalement à la Finma. En raison de leurs fonctions dans diverses agences, ils se trouvent également en situation de conflit d’intérêts.

En raison de graves difficultés financières, les holdings du groupe portugais Espirito Santo ont été placées sous la direction de l’État à l’été 2014. La société suisse n’a pas été incluse dans la réorganisation de la société mère ordonnée par les autorités portugaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *