Actualité Finance

La crise de Corona et les suppressions d’emplois tirent Airbus dans le rouge

La crise Corona et les licenciements mettent Airbus à perte – les actions d’Airbus continuent d’augmenter

La crise de la couronne et la perte attendue d’environ 15 000 emplois ont fait perdre au groupe aéronautique et défense Airbus au troisième trimestre.

Mais Guillaume Faury, le propriétaire d’Airbus, voit des raisons encourageantes pour la pire crise de l’industrie aéronautique à ce jour. Au troisième trimestre, la société a de nouveau livré plus d’avions que des mois avant la pandémie. De plus, comme l’organisation l’a annoncé jeudi à Toulouse, la direction a pu stopper la sortie de liquidité des affaires courantes.

Faury estime même que la production d’avions, qui a ralenti en raison de la crise, peut redémarrer l’été prochain. Mais ce n’est pas encore certain. La nouvelle a été positivement confirmée en bourse. Au début de la transaction, l’action Airbus a progressé de 1,73% à 62,74 euros, devenant l’une des valeurs les plus solides des indices MDAX et français Cac 40. Cependant, en raison de la baisse générale du marché causée par les artères coronaires la veille, elle a perdu encore plus. Depuis le début de cette année, le stock s’est déprécié d’environ la moitié.

La crise de la Couronne a frappé l’industrie de l’aviation plus durement que d’autres secteurs. En raison de la pandémie et des restrictions de voyage, la demande de billets d’avion a été considérablement réduite. Les compagnies aériennes du monde entier se battent pour leur survie. Les nouveaux avions de fabricants tels qu’Airbus et Boeing sont actuellement presque indisponibles. En conséquence, Airbus a réduit la production d’avions d’environ 40% et prévoit de supprimer environ 15 000 emplois d’ici l’été prochain. Les discussions avec les représentants du personnel sont toujours en cours, mais en raison des indemnités de départ prévues, l’entreprise a mis de côté 1,2 milliard d’euros. En conséquence, Airbus est tombé en perte au troisième trimestre.

Le résultat final est une perte de 767 millions d’euros, contre un bénéfice de 989 millions d’euros à la même période l’an dernier. En raison du ralentissement des livraisons d’avions de passagers, les ventes du secteur d’activité conventionnel ont reculé de 27% par rapport à la même période de l’année dernière à 11,2 milliards d’euros. Le résultat opérationnel ajusté des frais spéciaux (EBIT ajusté) a baissé de 49% à 820 millions d’euros, mais il a été supérieur aux attentes moyennes des analystes. En outre, la direction peut empêcher les sorties de fonds de l’entreprise en cours. Avant l’acquisition et le financement client, la société a enregistré une entrée de trésorerie de 600 millions d’euros. Cependant, au cours des neuf premiers mois, la valeur négative est restée à 11,8 milliards d’euros. Pour le quatrième trimestre, l’objectif de Faury est au moins d’équilibrer le développement.

Supposons que l’économie mondiale, le trafic aérien, les processus internes du groupe ou la livraison des avions ne seront plus perturbés. Cependant, en Allemagne et en France, la direction a apparemment envisagé des mesures de blocage. Furry a déclaré lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes: “Notre prédiction est basée sur ce que nous pouvons prédire maintenant.” Le gestionnaire ne souhaite pas faire d’autres prévisions pour l’année en cours, par exemple concernant le nombre d’avions à livrer, les ventes ou le résultat opérationnel. En raison de la crise, le conseil d’administration a annulé l’objectif initial de livrer 880 avions commerciaux cette année au printemps de cette année. Lorsqu’Airbus a de nouveau augmenté sa production d’avions, il est resté ouvert.

Le plan initial était de le réduire de 40% en deux ans. Comme d’autres acteurs de l’industrie, Faury estime que la demande de vols court et moyen-courriers augmentera en premier, tandis que les activités sur les liaisons long-courriers stagneront plus longtemps. Par conséquent, il estime que la demande de nouveaux avions de la série A320 de moyenne portée augmentera en premier. Airbus a donc préparé ses fournisseurs à augmenter la production de la série A320 et de sa nouvelle version A320neo, qui pourraient démarrer à l’été 2021. Airbus peut ajouter 40 appareils par mois au lieu d’ajouter 40 appareils par mois. Certains disent encore 47.

Avant la crise, les fabricants produisaient environ 60 séries par mois et espéraient porter ce nombre à 63 séries par mois d’ici 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *