Actualité Finance

La deuxième vague frappe l’économie

La deuxième vague frappe l’économie 

Les données économiques actuelles montrent que l’augmentation du nombre d’infections ralentit déjà l’économie avant l’introduction de nouvelles mesures de contrôle corona. Les perspectives d’emploi sont particulièrement mauvaises. Même en l’absence de verrouillage en Suisse, le nombre croissant d’infections a ralenti l’économie en octobre. Les données économiques publiées lundi le montrent, toujours basées sur des enquêtes auprès des entreprises menées le mois dernier. Les données montrent que la reprise économique majeure après l’ouverture du printemps est terminée. L’indice des directeurs des achats dans le secteur manufacturier (PMI) a chuté tous les mois depuis juillet pour la première fois.

L’indice est basé sur une enquête auprès de grandes entreprises acheteuses et est publié par le Credit Suisse et l’association d’achat Procure. Cependant, à 52,3, l’indice est toujours au-dessus de 50 points dans la fourchette représentant la croissance. Comme au printemps, la propagation des maladies infectieuses a un impact plus important sur l’industrie des services que sur l’industrie. L’industrie de l’hôtellerie et de la restauration fait également partie de l’industrie des services. Après que l’indice des prix à la consommation correspondant a atteint son plus bas niveau de l’histoire au printemps, il a repris le seuil de croissance en juillet. Il est tombé à nouveau en octobre. La valeur déclarée de 50,4 points ne signifie pas la poursuite de la reprise, ni une nouvelle crise.

Cependant, l’enquête a été menée avant que le Conseil fédéral n’impose de nouvelles restrictions de circulation. Cela montre à nouveau que si le nombre de cas augmente, la situation économique se détériorera même sans éviction. Claude Maurer, responsable de l’enquête PMI et économiste du Credit Suisse, a déclaré: “Si nous ne pouvons stabiliser le nombre de cas, les perspectives économiques pourraient se détériorer considérablement. Les dernières données sur le comportement de la liquidité Il montre que l’activité économique a fortement chuté depuis l’enquête PMI.

Le nombre des travailleurs à domicile a considérablement augmenté 

Dans les résultats détaillés de l’indice des directeurs d’achat, les attentes en matière d’emploi exprimées par les leaders de l’industrie et des services sont préoccupantes. On peut donc s’attendre à ce que ces deux départements continuent de licencier du personnel. Les emplois à court terme en octobre au moins ont diminué. Les responsables de l’approvisionnement de l’industrie interrogés ont déclaré qu’environ 14% des employés occupent toujours des emplois à court terme. Le nombre de prestataires de services est toujours de 6%. L’enquête a également révélé que 46% du personnel de service travaillait au ministère de l’Intérieur en octobre, une augmentation significative par rapport à 29% en septembre. Même dans l’industrie, 27% des employés travaillaient dans un bureau à domicile en octobre, contre 16% en septembre.

L’indice de l’emploi publié lundi par l’Institut suisse des cycles d’affaires (KOF) a également montré que les perspectives du marché du travail ne sont pas optimistes. Il repose également sur une enquête approfondie de l’entreprise. L’enquête montre que tous les départements peuvent continuer à licencier du personnel. L’industrie de l’hôtellerie et de la restauration sera la plus durement touchée. Cependant, les attentes du marché du travail dans le commerce de gros et l’industrie sont également extrêmement désastreuses. Dans le secteur industriel, la situation est comparable à celle du début de 2015, lorsque la Banque nationale a relevé le taux de change minimum de l’euro au franc suisse, a écrit KOF.

Des milliers de licenciements ont été enregistré depuis que la crise du corona a éclaté, la Suisse a perdu des milliers d’emplois. L’entreprise annonce des mises à pied presque tous les jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *