Actualité Finance

Finma : Corona expose les banques à de nouveaux risques

Finma: La pandémie soumet les banques à de nouveaux enjeux 

La crise corona continue de frapper les banques. Dans le cadre de la surveillance des risques de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers, l’impact de la crise est désormais clairement répertorié comme une menace pour les institutions locales. 

Dans l’évaluation des risques de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma), les épidémies n’ont pas été présentées comme des risques majeurs distincts. Cependant, une personne faisant autorité a écrit dans le “Rapport de suivi des risques 2020” publié mercredi que l’impact de la pandémie corona modifiera dans une certaine mesure la carte des risques des institutions financières suisses.

Nouveaux risques majeurs pour les banques 

La récession économique mondiale et les mesures de politique sanitaire pour contenir le virus ont entraîné une baisse significative des ventes et des bénéfices de nombreuses entreprises. Dans le même temps, le moment de la reprise économique reste incertain, ce qui augmente la possibilité de faillite de ces entreprises. Par exemple, la Finma estime que le risque de crédit de l’entreprise augmentera, notamment à l’étranger, car jusqu’à présent, la Suisse a été moins affectée par la crise financière, du moins économiquement. Par conséquent, l’un des principaux risques auxquels sont confrontés les institutions financières suisses est que l’institution inclut désormais également des défauts ou des corrections sur des prêts ou des obligations d’entreprises étrangères.

Obligation d’information étendue sur le risque climatique 

Le coronavirus doit être compris comme un facteur important de risques financiers à court terme directement liés aux institutions suisses. C’est pourquoi les six principaux risques identifiés dans le «Risk Monitoring» de l’année dernière sont restés inchangés, à savoir la persistance d’un environnement de taux bas, les ajustements possibles des marchés immobiliers et hypothécaires, le désordre du taux de référence Libor, les cyberattaques et la lutte contre le blanchiment d’argent. Et l’accès au marché transfrontalier est plus difficile.

La Finma a également déclaré que le climat était un autre risque à long terme pour la place financière suisse. C’est pourquoi les autorités analysent actuellement les domaines dans lesquels les institutions suisses pourraient être confrontées à des risques climatiques accrus. En outre, il entend accroître la sensibilisation à ces risques en élargissant les obligations d’information. Une divulgation plus complète et unifiée de ces risques financiers améliorera la transparence du marché, la sensibilisation des institutions financières aux risques et la sécurité juridique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *