Actualité Finance

L’action de Zurich en vert

La bourse de Zurich en hausse: Zurich augmente son volume d’affaires en assurance générale 

Bien qu’il soit parmi les meilleurs de l’assurance générale, le Zurich Insurance Group enregistrait toujours des primes plus élevées pour l’année neuf mois plus tard. 

Le groupe zurichois a augmenté la part de ses activités de sinistres cette année, mais a réduit son implication dans de nouvelles activités d’assurance-vie pendant la crise de la couronne. Le capital du groupe est toujours solide, ce qui laisse espérer une distribution élevée. La fermeture des opérations dans le monde au printemps a également rendu le travail des consultants en assurance plus difficile. Les réunions avec les clients se font presque ou uniquement en ligne et l’incertitude des clients augmente, ce qui exerce une pression sur les ventes d’assurance vie.

Les chiffres clés des neuf premiers mois publiés par Zurich jeudi le reflètent également. Dans le secteur de l’assurance-vie nouvelle, l’équivalent annuel moyen (APE) a diminué de près d’un cinquième à 2,57 milliards de dollars. Le chiffre clé est constitué de la nouvelle prime régulière et de 10% de la prime unique nouvelle entreprise. Zurich a expliqué que cette baisse était due aux restrictions imposées par plusieurs marchés pendant la crise corona. En outre, l’entreprise a obtenu de très bons résultats l’année précédente. Par exemple, en Suisse, le concurrent Lxa s’est retiré l’année dernière de l’assurance des biens et des accidents de la LPP, ce qui a augmenté le volume des transactions.

Après correction des effets de change et des acquisitions, la baisse est limitée à -8%. Le CFO George Quinn a déclaré lors de la conférence téléphonique que rien qu’au troisième trimestre, grâce à une bonne croissance en Amérique latine, le ratio APE a augmenté de pas moins de 7%. 

Augmentation des taux de prime 

Le secteur plus large de l’assurance non-vie a mieux performé que l’assurance-vie au cours de l’année. De janvier à septembre, le revenu total des primes a augmenté de 3% pour atteindre 27,3 milliards de dollars, plus rapidement que prévu par les analystes.

Quinn estime que la nouvelle augmentation des taux de prime au troisième trimestre a causé cette situation. En Amérique du Nord, Zurich a pu faire en sorte que les taux des entreprises augmentent de 18%, et en Europe, la croissance des taux a également été à deux chiffres. Quinn a déclaré que pendant la crise corona, la demande d’assurance responsabilité civile en particulier a continué de croître. En outre, le secteur de l’assurance offre généralement des taux d’intérêt plus élevés en raison des faibles taux d’intérêt pour maintenir les bénéfices. Zurich s’engage à se développer avec les PME. Il a dit qu’il avait réussi en Europe, en particulier en Allemagne, en Suisse et au Royaume-Uni. En revanche, les activités des lignes personnelles dédiées n’ont que légèrement augmenté.

Après ajustement, les ventes sur les marchés de l’Europe, du Moyen-Orient et de l’Afrique (Europe, Moyen-Orient et Afrique) ont augmenté de 7%, tandis que les ventes sur le marché nord-américain ont augmenté de 4%, tandis que les ventes dans la région Asie-Pacifique ont augmenté de 11%. Là, la baisse de la demande d’assurance voyage a ralenti le rythme du développement. 

Les ouragans américains ont un impact négatif 

En matière d’immobilier, Corona ne laissera pas Zurich rester indifférente. Quinn continue de projeter une dépense nette de 450 millions de dollars en recettes coronariennes. Ce chiffre se réfère aux 750 millions de dollars US de demandes d’indemnisation et de déductions prévues d’environ 300 millions de dollars US jusqu’au printemps.

Quinn a déclaré que la deuxième vague de pandémies devrait alourdir légèrement le fardeau du secteur immobilier car la couverture des usines fermées a été réduite, voire éliminée. En retour, Zurich s’attend à des pertes plus importantes dues aux ouragans et autres événements météorologiques. On dit que les pertes causées par les catastrophes naturelles seront d’environ deux points de pourcentage plus élevées qu’au second semestre de cette année. Quinn a déclaré que le bilan était correctement capitalisé, comme en témoigne le ratio Z-MCE de la société. Fin septembre, le ratio Z-MCE était de 110%, au milieu de la fourchette cible de 100% à 120%. Cela l’a également rendu optimiste quant à la possibilité pour l’entreprise de maintenir sa politique de dividende.

Après la forte hausse des derniers jours, la forte croissance des ventes et la forte solvabilité de jeudi ont continué de faire grimper les valeurs zurichoises. À midi en juin, ils avaient gagné un peu plus de 1% dans un marché mondial constant (SMI).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *