Actualité Finance

L’industrie horlogère remet en question son engagement en faveur de la transparence

Regardez l’industrie horlogère remettre en question son engagement en matière de transparence 

La Fédération de l’industrie horlogère suisse prévoit de ne plus divulguer certaines statistiques d’exportation. La Smartwatch est-elle une victoire réussie? 

Les points à l’ordre du jour sont explosifs: le 26 novembre, la Fédération horlogère suisse décidera si elle doit montrer au public le nombre d’exportations horlogères d’une autre manière. Il s’agit de déclarer les exportations par catégorie de prix uniquement au sein de l’organisation. Les experts de l’industrie soupçonnent que le troisième plus grand secteur d’exportation de la Chine tente de diversifier les pertes sur le marché d’entrée de gamme. Ce sont des montres dont les prix à l’exportation sont inférieurs à 3000 francs.

L’initiative vient du Swatch Group 

Le plan vient du Swatch Group, le plus grand fabricant de montres au monde à Bienne, et ses marques comprennent Swatch, Tissot, Rado et Omega. Le groupe autour de Nick Hayek, PDG du groupe, a la plus grande influence au sein de l’Association de l’industrie horlogère suisse en raison de son importance. Le porte-parole du Swatch Group, Bastien Buss, a déclaré au magazine économique franco-suisse “Bilan”: “Un comité étudie des moyens d’afficher les statistiques horlogères de manière plus moderne et innovante.”

Jean-Daniel Pasche, président de la Fédération horlogère, a confirmé sur demande: «Oui, nous envisageons de publier des statistiques horlogères, mais il ne commentera pas tant que le conseil d’administration n’aura pas pris une décision. Dans le rapport annuel 2019, l’organisation a de nouveau cité sa politique d’information transparente. Les données d’exportation ont toujours été les «données officielles les plus importantes, régulières et fiables» pour suivre l’évolution des exportations horlogères. Pierre-YvesDonzé, professeur d’économie à l’Université de Kyoto au Japon, a donc déclaré: “Le but est évidemment de dissimuler la réalité”. Né à Neuchâtel, Donzé s’intéresse à l’histoire de l’industrie horlogère suisse.

Donzé signifie que les chiffres donnés par le segment de prix montrent que l’industrie horlogère a effectivement fait des gains significatifs dans les montres de luxe chères. Par exemple, depuis 2000, le taux de croissance des produits de plus de 3 000 francs suisses a atteint 241%. Cependant, dans les catégories de prix inférieures à ce prix, les exportations ont stagné. L’une des raisons est Smartwatch. Des groupes technologiques comme Apple et Samsung proposent leurs produits dans les magasins de détail à des prix abordables. Par conséquent, ils s’attaquent à l’industrie horlogère locale, dans ce cas, elle ne peut rien faire pour résister à la tendance des micro-ordinateurs au poignet: le marché bas de gamme.

Il a fallu cinq ans au Swatch Group pour trouver la réponse purement suisse aux montres intelligentes du groupe technologique américain Apple. Depuis le début du mois de septembre, le T-Touch Connect Solar de Tissot s’est vendu pour moins de 1 000 francs suisses dans les magasins à travers le pays. Oliver Müller a déclaré que les données d’exportation sont l’une des rares ressources d’information de l’industrie, sinon l’information a une discrétion presque totale. Il est le fondateur de Luxeconsult, une société de conseil basée dans le canton de Vaud, active dans l’industrie du luxe. Par conséquent, la transparence est essentielle. Müller: «Il nous permet d’observer et d’interpréter les tendances actuelles et historiques de l’horlogerie suisse.

Les montres de luxe prennent de plus en plus d’importance 

Pour blâmer le manque de transparence, le Swatch Group a affirmé que la nature de l’industrie horlogère avait changé au cours des dernières décennies. Le secteur du luxe est clairement devenu de plus en plus important. En 2000, les montres chères représentaient encore 34% des exportations totales. Aujourd’hui, ce nombre atteint 69%. Jusqu’à présent, la Fédération horlogère suisse a publié des données d’exportation mensuelles sur son site Internet. Les données proviennent officiellement du Service fédéral des douanes. Cependant, l’association se prépare pour le public. Il répertorie le nombre et la valeur totale des montres exportées, les marchés de vente les plus importants et l’évolution par prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *