Actualité Finance

Annuler le dîner de Noël ? Les associations d’aubergistes de Suisse orientale s’appuient sur les bons

Annuler le dîner de Noël? L’association des aubergistes de Suisse orientale mise sur les bons 

En raison des mesures prises pour empêcher la propagation du coronavirus, le dîner de Noël traditionnel de l’entreprise a été annulé. Le propriétaire a été durement touché. 

Ce sont les événements sociaux les plus importants de l’année, du moins au sein de l’entreprise: le dîner de Noël. Pour de nombreux propriétaires, ce sont des événements commerciaux importants. Ruedi Bartel, président de l’Association industrielle Gastro Thurgau, a déclaré: «Ceci est particulièrement important pour les clients des grands restaurants ou pour ceux qui fournissent également des services de restauration.» De plus, les personnes qui quittent le hall ne rentrent pas toujours directement chez elles.

Mais dans la deuxième vague de couronnes, un tel dîner de Noël est impensable. Les règles de distance, les masques obligatoires, les heures d’ouverture limitées et les restrictions sur le nombre d’invités aux événements et conférences empêchent la plupart des entreprises de profiter des dîners de Noël. Pour de nombreux propriétaires, cela a pris un coup dur à la fin d’une année difficile. 

Gastro St. Gallen augmenté de 10% 

Une fois les coupons en place, les associations de propriétaires de Turgau et de Saint-Gall veulent désormais s’assurer qu’il reste quelque chose pour l’événement de Noël. Ausserrhoder Verband étudie également cette méthode. «Déjà au printemps, nous avons vendu des bons qui peuvent être échangés par nos membres», a expliqué Ruedi Bartel. Cela fait maintenant quelques semaines, le nouveau chèque Gastro Thurgau.

«Nous les vendons principalement aux entreprises. Ainsi, ils peuvent enfin laisser les employés passer la nuit.» Depuis début novembre, Gastro St. Gallen propose également de tels bons. Pour les rendre plus intéressants, l’association leur ajoute désormais plus de contenu. «Nous paierons 10% supplémentaires de la valeur à l’hôtelier qui échange la valeur du bon avec nous», a déclaré Walter Tobler, président du conseil d’État du propriétaire de l’hôtel d’État Gastro St. Le propriétaire a déclaré que l’argent allait probablement s’épuiser.

Optimisme décroissant 

Tobler a déclaré: “Lorsque les nouvelles mesures ont été annoncées en octobre, j’étais initialement optimiste.” Mais il est de plus en plus difficile pour lui de rester optimiste. Grâce aux prêts de Covid, de nombreuses entreprises ont pu repasser l’écluse au printemps. Mais le moment est venu de démarrer une entreprise. «Même les propriétaires prospères se battent maintenant pour survivre. Et c’est la période la plus importante de l’année. Tobler a déclaré: “Surtout dans les villes, Olma est le début de la saison.” Cependant, les restaurants de Suisse orientale n’ont pas besoin actuellement de haute saison. Tobler a expliqué que la première priorité était les frais de personnel. “Quand nous sommes ouverts, nous sommes ouverts à 100%. Le coût de servir un employé est le même que celui de lui apporter une ou sept tasses de café.” Par conséquent, le travail à temps partiel est peu utile à l’hôtelier.

Manque de confiance 

Ruedi Bartel a déclaré: “Pas étonnant que personne ne vienne quand le Conseil fédéral conseille aux gens de rester à la maison.” “Ceux qui n’ont pas de réservation ne viendront pas, et ceux qui n’ont pas de réservation partiront dans deux heures. . Ce restaurant sera vide. “C’est encore possible à midi. Mais la nuit, les gens restent à l’écart du kimchi. «Dans de nombreuses entreprises, même la bière après le travail se boit à la cafétéria. Ensuite, elle est versée.» Même les propriétaires ont fait du bon travail dans la mise en œuvre des mesures du gouvernement fédéral. “Beaucoup de gens manquent de confiance en eux.”

Jusqu’à présent, cette idée semble bien fonctionner. Par exemple, la brasserie Schützengarten distribue des bons aux employés qui peuvent être échangés par les clients de la brasserie. Les conseils municipaux de Wil et de Saint-Gall fournissent également aux employés des bons pour la cuisine locale. Le propriétaire de l’hôtel est toujours très satisfait. Ruedi Bartel a déclaré que jusqu’à présent, les chiffres sont bons. Walter Tobler a déclaré que la campagne avait également pris un bon départ à Saint-Gall. L’association ajoute quelques annonces visant à donner plus d’élan à la campagne. Il a déclaré: “J’espère maintenant que cela coûtera beaucoup d’argent à l’association.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *