Actualité Finance

L’Allemagne n’est encore qu’à mi-chemin dans la protection du climat

L’Allemagne ne représente toujours que la moitié de la protection du climat

L’Allemagne continue à être au milieu du classement international pour la protection du climat. Bien que la République fédérale d’Allemagne se soit à nouveau améliorée en termes d’indice de protection du climat en 2021, se classant actuellement 19e sur 61, elle s’est classée 23e l’année dernière et a atteint son point le plus bas avec 27e à l’âge de deux ans.

Cependant, selon l’organisation Germanwatch répertoriée au Newclimate Institute de Cologne, elle ne se qualifie toujours pas pour le titre de «bonne» catégorie. Cependant, l’indice utilise les données de 2018, c’est pourquoi ni l’impact du plan climat adopté il y a un an ni les conséquences de la pandémie corona ne sont analysés. Cet indice compare la protection du climat de l’Union européenne et des 57 pays / régions qui émettent le plus de gaz à effet de serre.Il représente 90% des émissions mondiales de dioxyde de carbone.

Ce groupe d’auteurs a déclaré que le fait de remporter 61 titres honorifiques est dû au fait qu’aucun pays au monde n’a fait assez pour prévenir le changement climatique. Même si l’effort de la Suède occupe le quatrième rang, il ne suffit pas pour atteindre les objectifs de la Convention de Paris sur le climat. Selon l’accord, le réchauffement climatique doit être limité à 2 degrés en dessous du niveau préindustriel, ou mieux 1,5 degrés. L’auteur principal de l’étude, Jan Burck, a expliqué que «le classement de l’Allemagne peut être amélioré, en particulier grâce à des objectifs ambitieux d’expansion des énergies renouvelables et à d’importants ajustements dans les secteurs des transports et de la construction.

Le rapport avertit également que la haute énergie: Il y a des problèmes de consommation d’énergie et d’émissions par habitant. La mise en œuvre des objectifs climatiques plus stricts de l’UE peut être la première étincelle avec l’accord vert européen, même si cela ne suffit pas pour atteindre la limite de 1,5. Degré, expliqua M. Burke. Depuis que l’Allemagne s’est engagée à atteindre des objectifs plus élevés lors de la présidence tournante du Conseil européen, elle a reçu au moins un “bon” score dans l’une des quatre catégories de politique climatique.

Avec le soutien du gouvernement allemand, la Commission européenne prévoit de limiter les émissions de gaz à effet de serre à 55% d’ici 2030 au lieu des 40% actuels en 1990. Jeudi et vendredi prochains, les chefs d’État et de gouvernement espèrent prendre une décision sur cet objectif climatique. Grâce à sa «transaction verte»,L’UE a amélioré son classement de 6 places à la 16e place, ce qui la place dans la zone verte, la «bonne» zone. Cependant, l’auteur de l’étude Burck (Burck) a déclaré que le classement avait déjà remporté la couronne à l’avance. «Si l’UE est déçue des objectifs climatiques de 2030 ou de la mise en œuvre de l’accord vert, elle s’effondrera définitivement l’année prochaine. Après la Suède, la Grande-Bretagne et le Danemark suivent de près.

Le Maroc, le Chili et l’Inde se sont également classés parmi les dix premiers, en raison d’objectifs de protection du climat relativement ambitieux, d’une expansion ambitieuse de l’énergie verte et de niveaux d’émission globaux plus faibles. Les États-Unis se sont classés 61e à partir du bas pour la deuxième fois consécutive, juste derrière l’Arabie saoudite. La raison en est la politique climatique clé du président américain sortant Donald Trump.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *