Actualité Finance

À quoi ressemblera l’économie internationale en 2020?

À quoi ressemblera l’économie internationale en 2020?

Les entreprises allemandes à l’étranger estiment qu’aucun changement positif ne sera apporté à l’économie internationale en 2020, malgré le fait que de nombreux analystes économiques prévoient que des changements se produiront dans le monde entier. Seulement 17% des entreprises allemandes à l’étranger estiment que l’économie mondiale s’améliorera. En revanche, plus d’une entreprise sur trois s’attend à une détérioration de l’économie mondiale, le solde économique moyen tombant à moins dix-neuf points dans une enquête récente, bien en dessous de sa valeur actuelle de moins trois marks allemands. L’activité économique dans le monde est encore faible, de nouvelles inquiétudes concernant la force du Royaume-Uni et les menaces possibles pour la monnaie euro, ainsi que pour d’autres devises, sont publiées chaque jour. En outre, un certain nombre d’hommes politiques de haut niveau ont fait des commentaires incendiaires concernant la monnaie et l’Union européenne, ce qui pourrait nuire au commerce européen.

En ce qui concerne l’économie allemande, les experts notent que si l’Allemagne est un acteur mondial majeur à bien des égards, elle est en retard par rapport à de nombreux autres pays en ce qui concerne la santé de son économie et la valeur de sa monnaie. En outre, une grande partie du commerce total de l’Allemagne passe par les États-Unis, ce qui signifie que tout affaiblissement du dollar américain aurait un impact négatif sur les exportations de l’Allemagne. En outre, un nombre important d’entreprises allemandes ne sous-traitent pas au Royaume-Uni ou dans d’autres pays européens. De nombreuses entreprises allemandes préfèrent maintenir des stratégies de production à faible coût qui, selon elles, leur permettraient de continuer à bénéficier d’une économie nationale forte.

 

Les principaux moteurs de cette perception sont des niveaux élevés d’excédents commerciaux, une faible inflation, une structure de taux de change solide et flexible et l’absence de taux d’intérêt élevés. Les experts estiment également que le manque d’investissement dans la recherche et la technologie des entreprises allemandes, ainsi que la dépendance continue à l’égard des exportations lourdes, continueront d’alourdir l’économie allemande. Cette opinion est corroborée par le fait que, ces dernières années, le plus grand producteur d’acier du monde a recouru au dumping de milliers de tonnes d’acier, affectant le prix des autres matières premières nécessaires et dissuadant les investisseurs d’investir dans ses actions. De plus, une étude révèle que l’augmentation rapide de la croissance et de la prospérité de la Chine a été sérieusement affectée par le ralentissement du produit intérieur brut (PIB) de l’Allemagne. Ces études indiquent en outre que l’écart entre la croissance allemande et chinoise continuera de se creuser dans les années à venir.

En ce qui concerne l’économie allemande, les experts notent que plusieurs indicateurs suggèrent un ralentissement imminent. Selon les Perspectives de l’économie mondiale du Département international des statistiques, les prévisions officielles de croissance de l’Allemagne pour l’année en cours sont basées sur une croissance moyenne de 0,5% du PIB. Bien que ce chiffre soit significativement plus élevé que les prévisions faites par l’Association nationale de la Banque de recherche d’Allemagne (Narb) à la fin de l’année dernière, il est loin des attentes des chercheurs qui pensent que la croissance du PIB atteindra 1,4% cette année. , qui est la moyenne de toutes les grandes économies. Un autre indicateur à surveiller est la contraction de l’activité économique des banques. Depuis l’été dernier, le nombre d’institutions financières a diminué en Allemagne et les experts estiment que cette baisse continuera à se refléter sur l’état de l’économie nationale.

Le ralentissement économique mondial actuel a eu un impact significatif sur la performance de l’économie allemande, les analystes prévoyant que le pays connaîtra une récession prolongée. Les conditions monétaires mondiales contribuent également aux perspectives du PIB de l’Allemagne, car les experts estiment qu’il connaîtra une contraction plus prononcée que les prévisions de l’année en cours. Même si les experts estiment que la récession actuelle ne durera que quelques mois, les perspectives pour l’Allemagne et l’économie internationale dans les années à venir sont sombres, car il est presque certain que la récession actuelle sera suivie d’une deuxième récession mondiale.

Outre la contraction du commerce international et du produit intérieur brut allemand, la situation politique interne du pays est un autre facteur susceptible d’influer sur les performances de l’économie allemande dans les années à venir. L’Allemagne subit un certain nombre de revers, tels que le mécontentement social de masse et l’augmentation des chiffres du chômage. En outre, le taux de chômage des jeunes est élevé, car ils ne peuvent pas trouver et obtenir un emploi en raison du taux élevé de chômage. On s’attend à ce que la situation économique globale de l’Allemagne se détériore, le gouvernement allemand faisant l’objet de critiques sévères quant à sa gestion de la crise de l’euro. Même si le gouvernement a déjà présenté un plan concret de lutte contre le chômage, les analystes estiment que ce n’est qu’une question de temps avant que l’économie retombe dans la récession.

 

 

Les effets de la récession actuelle sur l’économie allemande peuvent être clairement observés dans le commerce international. L’année en cours a été marquée par une contraction marquée des niveaux d’exportation mondiaux, qui a contraint les exportateurs allemands à réduire leurs exportations, entraînant une grave déflation et une croissance négative du commerce mondial. En réponse au ralentissement mondial, l’Allemagne a mis en œuvre des mesures difficiles pour stimuler l’économie mondiale. En plus de cela, la Banque centrale européenne a mis en place des taux d’intérêt négatifs pour tenter de maîtriser l’inflation. Le taux d’intérêt négatif devrait entraîner une pression à la baisse sur les prix à l’exportation allemands et sur la compétitivité globale du marché allemand. Si ces indicateurs se maintiennent au cours des prochaines années, l’économie allemande devrait à nouveau se contracter.

En réaction au ralentissement de l’économie allemande, d’autres pays ont commencé à réévaluer leurs politiques nationales concernant la protection de ses industries tournées vers l’exportation. Plusieurs pays, comme le Royaume-Uni, ont révisé leurs tarifs d’importation et de nombreux autres ont mis en place des pénalités à l’exportation afin de maintenir leur compétitivité. Cependant, l’adoption de la planification des exportations a été beaucoup moins radicale que l’adoption de tarifs douaniers ou d’autres mesures de protection commerciale. L’isolement relatif de l’Allemagne par rapport au reste de l’Union européenne et la relative proximité des Alpes l’empêchent de rejoindre une union économique, y compris l’Union européenne, dans son avenir immédiat. Cependant, l’Allemagne peut rechercher des alliances commerciales à l’avenir, mais on ne sait pas dans quelle mesure ces alliances seront fructueuses, surtout si d’autres pays européens estiment que les mêmes normes qui ont été appliquées à l’Allemagne dans le passé leur sont appliquées.

Quel sera l’impact du commerce international sur l’économie future des États-Unis?

Quel sera l’impact de l’économie internationale sur les États-Unis au cours des cinq prochaines années ? Que pouvons-nous apprendre des fluctuations économiques internationales passées ? L’état actuel de l’économie mondiale affectera-t-il notre humeur nationale ou notre capacité à diriger et à créer des changements ?

Théoriquement, les États-Unis ne peuvent pas faire grand-chose pour s’assurer qu’ils restent en avance sur le jeu. Après tout, c’est le plus grand marché libre, avec une zone de libre-échange qui permet aux biens et services de n’importe où dans le monde de venir aux États-Unis. Cependant, les États-Unis peuvent faire certaines choses pour devenir un acteur plus cohérent sur la scène mondiale. L’une de ces mesures consiste à élaborer une stratégie globale de planification des exportations pour répondre à nos besoins économiques actuels et futurs. Les perspectives quinquennales du commerce mondial illustrent bien la manière dont nous pouvons évaluer l’état des relations commerciales entre les États-Unis et le monde.

 

 

L’un des indicateurs de l’expansion des relations commerciales entre les États-Unis et le monde est la diminution du volume des exportations mondiales de marchandises. Cela est principalement dû à un ralentissement mondial de la croissance économique. Étant donné que les pays exportateurs ne reçoivent pas les mêmes tarifs que ceux qui exportent vers les États-Unis, ils ont un avantage comparatif dans le système commercial mondial. En outre, les produits exportables ont un délai de livraison beaucoup plus court que ceux qui ne sont pas admissibles à la suppression des droits de douane, ce qui accroît encore la possibilité pour les exportateurs américains de profiter de cet avantage concurrentiel.

Les autres indicateurs d’un déficit commercial entre les États-Unis et le monde comprennent le ralentissement de la croissance mondiale. Le ralentissement des volumes du commerce mondial s’accompagne d’une contraction simultanée des volumes d’exportation des États-Unis. Bien que les États-Unis soient le principal partenaire commercial de la Chine, le ralentissement de l’économie chinoise a eu un effet négatif beaucoup plus important sur l’économie américaine que l’économie américaine sur sa propre économie. En outre, le projet de loi américain sur les importations fera probablement face à une défaite à la Chambre des représentants. En conséquence, les États-Unis subiront un déficit beaucoup plus important, avec pour résultat que leur excédent commercial diminuera encore davantage et deviendra un déficit commercial entre les États-Unis et le monde.

Ces deux indicateurs feront baisser davantage la valeur du dollar et des devises mondiales. Cependant, l’économie américaine dispose d’un certain nombre d’outils pour contrer ces effets par des mesures qui n’impliquent pas les partenaires commerciaux. L’un des facteurs les plus importants qui peuvent réduire l’impact de ces tendances est l’attente d’un excédent commercial prévu entre les États-Unis et le monde en 2020. Selon les prévisions, l’économie américaine est sur la bonne voie pour connaître une contraction prévue du PIB de 2,5% au cours du prochain an. De plus, la contraction attendue du PIB se caractérise par un taux d’inflation modéré, des taux d’intérêt bas et un marché immobilier stable. Une fois ces indicateurs en place, les États-Unis devraient connaître une hausse des exportations et des importations tandis que l’économie mondiale connaît un ralentissement.

Un autre facteur qui peut aider à compenser l’impact du déficit commercial entre les États-Unis et le monde sur l’économie internationale au cours des deux prochaines années est la performance de ses partenaires commerciaux. Un éventuel excédent commercial entre les États-Unis et le monde sera probablement alimenté par la négociation réussie de l’Accord de partenariat transpacifique (TPA) et de l’Union européenne (UE). Ces partenariats économiques internationaux visent à accroître l’ouverture et la coopération sur la scène internationale. Dans le cas de l’UE, cela conduit à la réduction de ses tarifs d’importation sur certains produits et à la libéralisation de certaines politiques agricoles. La réduction des tarifs devrait entraîner une augmentation des investissements directs étrangers (IDE) vers les États-Unis et l’Union européenne, ce qui, à son tour, stimulerait leurs économies respectives.

 

 

Parallèlement, les États-Unis devraient également prendre des mesures pour contrer la menace mondiale posée par le phénomène de déflation. Bien que le taux de chômage dans le pays soit resté relativement élevé en raison de la présence d’un grand nombre de chômeurs, de la hausse des prix des produits importés, de la hausse des coûts de production en raison de l’augmentation du coût du travail et du capital et de la demande accrue sur le marché par les Chinois les fabricants ont contraint la banque centrale du pays à poursuivre des politiques accommodantes dans sa politique de taux de change. Cette mesure, à savoir le déblocage de fonds pour divers programmes économiques et financiers, a été considérée comme un moyen d’endiguer la tendance actuelle à la baisse des prix. En plus de ces politiques accommodantes, le pays devrait également puiser dans des fonds de réserve pour contrer la contraction attendue du PIB.

Un autre facteur susceptible d’influencer le scénario du commerce international dans les années à venir est la montée des Tigres d’Asie – Chine, Inde, Japon et Corée du Sud. Ces trois pays sont actuellement les plus gros exportateurs de marchandises au monde. Ils disposent des ressources technologiques, industrielles et financières pour garantir que leurs exportations restent compétitives. Afin d’alimenter la croissance rapide de ces nations, les gouvernements et les entreprises s’attendent à accélérer l’expansion industrielle nationale et à libéraliser les politiques industrielles afin de permettre à davantage de biens et de services d’entrer sur les marchés locaux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *