Actualité Finance

Le Conseil national peaufine les détails de l’aide aux personnes en difficulté

L’ Assemblée nationale a amélioré les détails de l’assistance aux nécessiteux

Le conseil a accepté d’augmenter le financement pour aider les personnes dans le besoin pendant la pandémie corona.La loi est toujours controversée.

Le point le plus important en un coup d’œil

  • Le conseil a demandé une augmentation du budget difficile.
  • L’ Assemblée nationale ne s’est pas écartée de sa position.
  • Les ressources financières sont désormais passées à un milliard de francs

Le conseil a accepté d’augmenter le financement pour aider les personnes dans le besoin pendant la pandémie corona. Cependant, les détails de la loi Covid-19 révisée sont toujours controversés. L’Assemblée nationale a maintenu la quasi-totalité de ses positions mercredi.

L’aide financière aux entreprises en difficulté est passée de 400 millions de francs suisses à 1 milliard de francs suisses. Si les États participent également, la Fédération aidera. L’Assemblée nationale et le Conseil d’Etat espèrent permettre aux entreprises ayant réalisé un chiffre d’affaires d’au moins 50 000 francs l’année précédente de recevoir une compensation.

Différents types d’assistance

Ces dispositifs auxiliaires sont utilisés, par exemple, dans le domaine des activités, des aires de jeux, des voyages et de la restauration. Outre les pertes de ventes réelles, la question de savoir si les coûts fixes non découverts doivent également être pris en compte est discutable. Le Conseil d’État a fait objection, et le Comité national s’est réuni ici mercredi. Elle a ajouté qu’une aide ne sera fournie que si la société bénéficiaire n’a pas versé de dividendes et de primes pour l’exercice correspondant. L’Assemblée nationale a accepté.

Il a également ajouté qu’aucun dividende ne pouvait être payé non plus. L’Assemblée nationale souhaite également maintenir ce règlement, en vertu duquel différents types d’assistance peuvent être apportés aux entreprises, à condition que leurs secteurs d’activité ne se chevauchent pas. Le Conseil d’État a également supprimé le règlement. Pour les clubs de sports d’équipe professionnels et semi-professionnels, le fonds de perte peut fournir jusqu’à 115 millions de francs suisses. L’Assemblée nationale espère fixer les revenus de la saison 2018/19 comme un chiffre clé qui donnera pleinement effet à son effet, tandis que le Congrès américain espère que la date limite est le 12 octobre 2020. La minorité de la bourgeoisie ne voulait réduire les salaires des personnes directement impliquées dans le fonctionnement du jeu que comme condition préalable à l’obtention des cotisations perdues de la Caisse A, mais elles ont été évidemment battues.

En réponse à la proposition minoritaire, Nicolo Paganini (CVP / SG) a déclaré que les salaires des dirigeants de clubs entrent directement en concurrence avec le secteur privé.

Mesures prises si nécessaire

Selon la volonté du Conseil d’État, ceux qui sont imposés entre le 1er janvier 2021 et l’entrée en vigueur de la loi transitoire sur les retraites devraient bénéficier de prestations transitoires. Cependant, ils doivent répondre aux critères d’éligibilité. La loi devrait entrer en vigueur à la mi-2021. A l’Assemblée nationale, le PS, le Parti vert et le BPL espèrent suivre le Conseil d’État et gagner par 106 voix contre 88 grâce aux votes des groupes parlementaires bourgeois. Bien que le ministre des Finances Ueli Maurer ait estimé que la demande était raisonnable dans une certaine mesure, il a toujours préconisé l’obtention d’une majorité négative et a finalement été rejetée.

Sous le vote décisif du président du conseil d’administration Andreas Aebi (SVP / BE), le Parti Vert, le PS et le BPL ont approuvé l’autorisation de l’indemnité de chômage partiel pour les intérimaires et une motion rétroactive au 1er septembre a été adoptée. , Par conséquent, maintenant la décision précédente de l’Assemblée nationale. À ce stade, la plupart des gens auraient aimé rejoindre un comité national qui ne voulait pas de cet effet rétroactif. Personne ne sait ce qu’il reste de la pandémie, et M. Maurer a répondu aux critiques des ajustements constants. Si nécessaire, des mesures seront prises. Vendredi, le Conseil fédéral discutera de l’assistance départementale. Mais en même temps, Maurer a appelé à la considération de ceux “qui devront un jour rembourser ces dettes”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *