Actualité Finance

L’homme le plus riche d’Europe économise sur l’achat de Tiffany

Le plus grand milliardaire d’Europe économise sur l’achat de Tiffany.

L’oreille de bureau de SonntagsZeitung est une institution. Rumeurs, méfaits, réussites: ici, vous pouvez lire les gros titres sur ce qui se passe dans le monde des affaires.

À partir de 2021, les bijoux Tiffany feront partie de la plus grande entreprise de produits de luxe au monde.

Bernard Arnault, 71 ans, l’homme le plus riche d’Europe, économise 425 millions de dollars grâce à de solides méthodes de négociation: Actionnaires La célèbre bijouterie américaine Tiffany est prête à vous vendre la société avec une décote de ce montant. La décision a été prise par l’assemblée générale du bijoutier. La bijouterie, rendue célèbre par Audrey Hepburn dans “Breakfast at Tiffany’s”, fera partie du groupe LVMH Arnault à partir du 7 janvier. La plus grande entreprise de produits de luxe au monde comprend déjà des marques telles que Louis Vuitton et Bulgari, ainsi que les marques horlogères suisses TAG Heuer, Zenith et Hublot. Cela a été précédé d’une vive dispute dans laquelle LVMH et Tiffany se sont poursuivis. Arnault a accusé la gestion de Tiffany de mauvaise administration dans la crise Corona et a retiré le contrat d’achat initial en septembre pour un prix de 16,2 milliards de dollars. À l’automne, les parties se sont de nouveau réunies – Tiffany a accepté un prix inférieur. L’année 2021 a bien commencé pour Arnault.

Les énigmes de Francioni ne cachent pas les bonus suisses

En octobre, l’équipe éditoriale de Tamedia a révélé que la Suisse versait des bonus substantiels à ses patrons en 2019 en pleine crise. Cela a suscité des critiques dans de larges cercles, y compris au Parlement. NZZ a demandé à Reto Francioni, président du conseil d’administration, s’il comprenait ce mécontentement. Sa réponse: “Ce ne sont pas des primes, comme certains médias pourraient le lire, mais des éléments de salaire garantis par contrat. Ils sont liés aux chiffres de performance suisses et ne peuvent pas être révoqués rétroactivement. ” La deuxième phrase est correcte, mais la première est une petite critique, puisque les composantes du salaire liées aux indices de performance sont appelées primes. La société mère «suisse», le groupe Lufthansa, est d’accord. Dans votre rapport annuel, vous parlez de rémunération variable sur une année sous forme de bonus annuels. Et, bien sûr, ces chiffres sont 100% liés à la performance. Après tout, Lufthansa n’a rien à offrir, pas plus que la Suisse.

Employés de General Electric prêts à frapper

En parlant de bonus: deux ans après que Larry Culp a repris General Electric, c’est un succès: le PDG de GE se voit garantir une prime de près de 47 millions de dollars alors que l’entreprise licencie des milliers d’employés, y compris dans les usines d’Argovie. La récompense de Culp pourrait atteindre 230 millions de dollars s’il parvient à atteindre ses objectifs financiers. Ce faisant, Culp alimente le ressentiment de ses employés. Il est fort possible qu’il y ait bientôt des grèves en Suisse. Le syndicat Unia a écrit dans son quotidien «Work» que la main-d’œuvre est «prête à tout». Et il a demandé à Thomas Bauer, le président du comité du personnel, si eux aussi étaient prêts pour une grève. Réponse concise de Bauer: «N’importe quoi».

La faillite de Verbier, un succès commercial

La SonntagsZeitung rapporte que 200 touristes britanniques ont fui la gare valaisanne de Verbier encourage les marchands de roues à s’y rendre. La société suisse HeiQ a annoncé que l’hôtel de luxe W de Verbier cherche à gagner la confiance des clients avec la nouvelle protection Corona. Il s’agit de pulvériser les surfaces des pièces avec une solution chimique développée par HeiQ. Cela vaudrait la peine d’en parler, mais dans son communiqué de presse, le fabricant dirigé par Carlo Centonzé a spécifiquement fait référence à des titres négatifs sur les Britanniques en fuite. Il comprenait même une liste d’articles de presse. La faillite de Verbier comme un succès commercial, pour ainsi dire.

Désormais, le procès se déroulera contre l’avocat du média Zölch, avec ou sans lui.

Après deux rendez-vous manqués, l’avocat des médias bernois, Franz A. Zölch, sera jugé en mars. Il est accusé de fraude commerciale, peut-être multiple, car il a obtenu des prêts à cinq chiffres d’amis et de connaissances et ne les a jamais remboursés. En mars et décembre, Zölch a encore pu éviter un procès au tribunal régional de Berne-Mittelland: il a produit un certificat médical prouvant une maladie rénale. Le Groupe d’Intérêt Affecté par Zölch s’est moqué dans un communiqué de presse: “L’audience principale contre Franz A. Zölch aura désormais définitivement lieu – avec ou sans Franz A. Zölch – les 15 et 16 mars 2021 devant la Chambre Criminelle Espérons donc que le 14 mars l’avocat de Zölch ne s’évanouira pas ou qu’un tremblement de terre ne secouera pas l’Assisensaal de l’Amtshaus. “

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *