Actualité Finance

Différend sur les futurs niveaux de primes maladie

Différend sur les niveaux futurs plus élevés

Le gouvernement fédéral souhaite que les assureurs-maladie puissent réduire les primes en libérant des réserves inutiles. Maintenant, un différend a éclaté entre les compagnies d’assurance. 
L’accord semble technique, mais il pourrait avoir un impact sur le portefeuille de tout le monde. Le Conseil fédéral propose que les assureurs-maladie puissent réduire considérablement leurs réserves avec moins de primes.

Aujourd’hui, les assureurs doivent effectuer une réservation et demie de plus que nécessaire. Le Conseil fédéral propose d’abaisser ce chiffre. Le ratio de solution ne serait alors que de 100% au lieu de 150% comme c’est le cas aujourd’hui. Ces dernières années, les réserves ont augmenté régulièrement. Tous les assureurs réunis avaient environ 10 milliards de francs de réserves il y a un an. C’est le double de ce dont vous avez réellement besoin. La quantité de solution est de 202 pour cent. 

Plus de temps libre pour les primes

Le gouvernement fédéral veut donner à l’OFSP plus de moyens pour approuver les primes afin de réduire les réserves. Cela augmentera l’incitation à des réductions plus élevées en faveur de l’assuré, écrit le Conseil fédéral dans le rapport de consultation. Cependant, l’OFSP examinera les demandes de réduction des réserves et s’assurera que les exigences de réserves minimales sont respectées.

“Avec ces plans, un effet joi dangereux dans le développement des primes est accepté. “

Mais les assureurs maladie se demandent maintenant si c’est une bonne idée. Santésuisse attaque une tempête contre la proposition. La directrice Verena Nold trouve la proposition du Conseil fédéral “incompréhensible et imprudente”. Surtout maintenant, pendant la pandémie, les réserves sont importantes. Elle craint un «effet joi», t. e. e. que les réductions de qualité suivraient bientôt les augmentations. Auparavant, les payeurs de primes devaient à plusieurs reprises endurer ces effets douloureux. 
Nold fait référence à 2008. À l’époque, le Conseil fédéral obligeait les assureurs-maladie à maintenir les primes artificiellement bas et à utiliser les réserves pour ce faire. Cela a été bientôt suivi par des années de primes élevées. Enfin, en 2012, le ratio de solvabilité a été mis en place pour mieux évaluer le niveau des réserves. 
Curafutura, la compagnie d’assurance maladie des quatre principaux assureurs-maladie CSS, Helsana, KPT et Sanitas, soutient la proposition du gouvernement fédéral. Cependant, l’association souligne que la réduction des réserves ne devrait pas être obligatoire. Curafutura veut aller encore plus loin que le gouvernement fédéral. Au lieu d’avoir à présenter des réclamations pour une réduction des réserves, les assureurs sont autorisés à proposer à nouveau des primes qui ne couvrent pas entièrement les coûts. De cette façon, ils devraient pouvoir réduire les réserves. Cela nécessiterait une modification de la loi, car à partir de 2016, les bourses doivent couvrir les coûts dans chaque super-région. 
 

“Au lieu de préparer la prescription, l’erreur de la loi devrait être corrigée. “

C’est là que réside le problème, déclare Felix Schneuwly, expert en assurance maladie au service de comparaison Comparis. Parce que la loi le stipule, les réserves ont considérablement augmenté, dit-il. «Si les assureurs doivent au moins couvrir leurs coûts partout, alors ils accumulent de plus en plus de réserves. » Il pense qu’il est juste de permettre aux assureurs une plus grande flexibilité dans les primes. Cela, dit-il, est approprié pour la concurrence des prix et la liberté de choix des assurés. “Au lieu de pavé dans la prescription, l’erreur doit être corrigée dans la loi. “
Le Conseil fédéral est même indirectement d’accord avec Schneuwly. Dans le rapport sur la consultation, il écrit comment la réduction des réserves doit être faite à son avis: Non par des versements directs d’indemnisation à l’assuré, mais en calculant les coûts trop bas à l’avenir. Les assureurs devraient simplement «calculer leurs primes strictement pour l’année suivante». Si les coûts réels sont alors plus élevés que prévu, la différence est payée par les réserves et celles-ci sont donc réduites. 
C’est exactement ce qui s’est passé au cours des deux dernières années, dit Schneuwly. «Les compagnies d’assurance ont délibérément soumis des prévisions de coûts trop optimistes à l’OFSP pour approuver des baisses de primes. » Il serait plus honnête de leur donner la possibilité de baisser à nouveau les coûts dans une région sous-régionale si le fonds disposait globalement de réserves suffisantes. 

Les cantons argumentent de la même manière. La Conférence des directeurs de la santé accueille favorablement l’idée du Conseil fédéral. Cependant, il est douteux que la mesure soit suffisante pour réduire réellement les réserves. Il appelle également à une révision de la loi, sans autre concurrence, mais à un règlement sur le montant des réserves. Cela réduirait également considérablement les primes au cours des prochaines années. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *