Actualité Finance

Le Conseil fédéral suit l’exemple des cantons d’Argovie et de Soleure

Le Conseil fédéral suit l’exemple des cantons d’Argovie et de Soleure: c’est ainsi que se déroulera la deuxième fermeture de magasins 

Le Conseil fédéral a soumis un modèle de consultation qui énumère ce qui peut et ne peut pas être vendu dans le commerce de détail. 

Reste à savoir si le Conseil fédéral annoncera des règles plus strictes mercredi. Récemment, le nombre de cas a diminué. Mais le Conseil fédéral veut pouvoir réagir rapidement si nécessaire et a mis les mesures en concertation. Une ordonnance réglementerait le fonctionnement d’une deuxième saisie partielle de la vente au détail. D’après l’enquête, le Conseil fédéral consulte un modèle similaire, comme l’ont déjà fait les cantons d’Argovie et de Soleure. Ses modèles sont devenus presque nationaux. 
Le canton d’Argovie est fermé à partir du 20 décembre. Le modèle a été expliqué dans une note explicative de l’ordonnance de clôture à ce moment-là. En principe, tous les magasins et marchés devraient être fermés. Seuls les magasins et marchés qui remplissent les conditions suivantes peuvent rester ouverts: Ils vendent des «produits de première nécessité» et le font «principalement». 

Le mot «principalement» signifie en pratique qu’environ les deux tiers du chiffre d’affaires du magasin sont réalisés à partir de produits courants. Ces magasins peuvent également vendre d’autres produits: tout ce qui n’est pas urgent. Ils ne doivent donc pas couvrir spécifiquement les étagères qui ne contiennent pas les éléments essentiels, comme c’était le cas lors de leur première fermeture. Et surtout, même les petits magasins restent ouverts, à condition qu’ils vendent «principalement» des produits de première nécessité.

Quelles sont exactement les nécessités de base énumérées en détail. La nourriture, bien sûr. Et puis les articles non alimentaires, tels que le savon et le dentifrice, l’herbe et le tabac, la papeterie et les plantes, aux piles ou aux matériaux de construction.

Les librairies sont des exemples de magasins qui doivent fermer. Même s’ils vendent également des boissons ou des pâtisseries à la caisse, ils doivent fermer. Il en va de même pour les parfumeries qui ne vendent qu’occasionnellement des articles hygiéniques pour un usage quotidien. Les magasins de chaussures et de vêtements seraient remis en quarantaine. 

Une deuxième variante consiste à contourner le processus de consultation.

L’approche était une tentative d’apprendre du premier bloc. Là, la mise en œuvre concrète a suscité beaucoup de critiques. L’association professionnelle a déclaré que les petites et moyennes entreprises seront victimes de discrimination, tandis que les grands distributeurs seront privilégiés. Depuis longtemps, les grossistes sont en mesure de proposer tous les produits, pas seulement les produits de première nécessité. Les petits magasins étaient fermés. Plus tard, les grossistes ont dû couvrir des étagères contenant des produits moins urgents. Cela a agacé les clients qui ne pouvaient soudainement pas payer beaucoup de marchandises. 
En plus du modèle argovien, une deuxième variante contourne le processus de consultation. Il y aurait également une liste de produits à usage quotidien. Mais seuls ces produits pouvaient être vendus par tous les détaillants. Tout le reste resterait sur les étagères et serait couvert.

Des ressources plus molles n’ont pas donné de résultats en Allemagne

Avec la fermeture des magasins, la vie publique est censée être encore plus réduite. C’est ce qui est dit dans l’explication de la décision de fermer Argovie. Les gens devraient rester à la maison autant que possible, sortir le moins possible. L’expérience de la Suisse romande montre que nous pouvons ainsi prévenir les infections.

Voici l’objectif: il devrait y avoir moins de contacts partout avec une forte réduction de l’offre publique. C’est pourquoi il est peu utile au détaillant d’essayer d’éviter les fermetures avec les arguments habituels: il y a de bons concepts de protection, l’achat n’est pas particulièrement dangereux.

Il reste à voir s’il y aura un blocus de vente au détail à l’échelle nationale. En Argovie, nous sommes convaincus que c’est inévitable. Dans la note explicative, il est dit que les expériences de Bâle-Ville et de l’Allemagne montrent que “les seules mesures légères – telles que la fermeture de restaurants et de loisirs – ne mènent malheureusement pas au succès”. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *