Actualité Finance

Malgré Corona, les caisses de pension et l’AVS ont augmenté l’argent des assurés.

Malgré la loi Corona, les fonds de pension et AVS ont augmenté l’argent des assurés – les petits fonds ont moins bien réussi 

La situation financière des fonds de pension s’est améliorée l’année dernière. La grande banque UBS parle d’une reprise extraordinaire. Mais les risques augmentent. 
C’est une bonne nouvelle pour tous les collaborateurs en Suisse. Les rendements positifs des marchés financiers ont augmenté les actifs des caisses de pension et de l’AVS d’environ 40 milliards de francs l’an dernier. Les fonds de pension, dont l’actif total cumulé pour la première fois a atteint plus d’un billion de francs (1005 milliards de francs) pour la première fois en 2019, ont généré un rendement de leurs investissements d’environ 3,8 milliards en 2020. % en moyenne.

Cela se reflète dans les calculs récents d’UBS, basés sur un échantillon raisonnablement représentatif d’environ 70 fonds de différentes tailles auxquels la banque a un accès direct.

L’économiste d’UBS Jackie Bauer, responsable de l’étude de performance à long terme, parle d’une “reprise surprenante” après le krach boursier de mars. Ce mois-là, en particulier, il a affiché un rendement moyen négatif de 5,8% en raison de la baisse des marchés boursiers.

Selon les calculs d’UBS, les rendements mensuels moyens sont également tombés dans le rouge en février et octobre. Il est surprenant de constater que les grands fonds avec des actifs supérieurs à 1 milliard de francs ont enregistré des performances nettement meilleures (4,4%) que les petits fonds dont les actifs sont inférieurs à 300 millions de francs (3,4%).

“Une reprise surprenante”

 Dans l’ensemble, cependant, 2020 a été une année encourageante pour le système de pension suisse dans son ensemble. Sur la période de 15 ans présentée par UBS, il s’agit de la huitième meilleure année, exactement la moyenne. Ce résultat positif est également surprenant compte tenu du fait que la Suisse et le monde entier sont tombés dans une grave récession en 2020 en raison de la pandémie. 
Statistiquement, nous traversons actuellement la pire crise économique depuis la Seconde Guerre mondiale. Cependant, les marchés ont chuté beaucoup plus brutalement pendant la crise financière de 2008 que pendant l’année pandémique. Selon l’enquête UBS, le rendement moyen très négatif des fonds de pension cette année-là était de près de 13%. 
M. Bauer explique la vigueur actuelle des marchés financiers avec les énormes injections de liquidités des banques centrales et des gouvernements, qui ont conduit non seulement à une nouvelle baisse des taux d’intérêt mondiaux, mais aussi à une augmentation de la part des investisseurs. sur les marchés. actions et autres actifs risqués.

«Quiconque souhaite toujours générer des rendements dans cet environnement devra inévitablement accepter de plus grands risques», déclare Bauer. La politique d’investissement à très long terme des fonds de pension convient à cela, dit-il, car elle permet aux fonds de résister à des phases de marché défavorables. 
Cependant, avec un ratio de fonds propres moyen de 28,5% selon UBS, de nombreux fonds sont déjà à la limite de la limite légalement autorisée pour les investissements risqués. Dans ce contexte, certains représentants du secteur financier et du lobby des fonds de pension ont longtemps appelé à un assouplissement des règles d’investissement, y compris sur le plan politique.

Ces rumeurs sont également renforcées par le fait que la plupart des fonds de pension de droit privé ont réussi à porter leur taux de couverture (la différence entre les actifs et les obligations de performance futures) à une zone de confort de plus de 110% dans le 2020.

AVS n’a pas eu à vendre d’actions

 AVS a également bien performé en 2020, ayant déjà publié ses premières données pour la dernière année d’investissement en décembre. Les actifs du fonds de compensation AVS, qui s’élevaient à 37 milliards de francs fin septembre 2020, devraient augmenter d’environ 3%, soit un milliard de francs, grâce à la flambée des marchés financiers, comme l’a révélé le président de la fonds, Manuel Leuthold, à la Handelszeitung en décembre. 
L’AVS a également bénéficié notamment du financement supplémentaire de deux milliards de francs par an approuvé par le Parlement dans le cadre de la grande réforme de l’impôt sur les sociétés (STAF). Sans cette injection, l’AHV aurait dû vendre des actifs d’une valeur d’environ 125 millions de francs par mois jusqu’en 2019 pour combler l’écart entre le paiement des cotisations et le besoin financier supplémentaire croissant de prestations de vieillesse pour des raisons démographiques.

À l’automne 2019, l’AVS a pu interrompre ces ventes pendant une période probable de quatre ans, de sorte que le fonds n’a pas été obligé de vendre des actions à un prix minimum en mars 2020. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *