Actualité Finance

Brexit

Brexit

Une rupture est-elle possible ?

Alors que nous approchons de la fin de l’exercice financier mondial en cours, il semble que de nombreuses grandes entreprises britanniques soient en passe de connaître une rupture financière. C’est alors qu’elles seront obligées de demander des prêts d’urgence au Fonds européen de stabilité financière (une sorte de prêt du gouvernement) pour couvrir le coût de leur maintien en activité. Le gouvernement britannique aurait discuté de plans pour la création du nouveau Fonds européen de stabilité financière, mais jusqu’à présent, ces plans ont été gardés secrets.

La BBC a indiqué que la Financial Services Authority “surveillait” la situation. Si vous regardez leurs programmes d’information, vous pouvez les voir souligner à plusieurs reprises la nécessité pour les sociétés financières de rester en activité. La FSA travaillerait également en étroite collaboration avec la Banque d’Angleterre. Alors, pourquoi y a-t-il une crise financière au Royaume-Uni ? Selon les économistes, le principal problème est la frénésie excessive de crédit qui a conduit les entreprises et les particuliers à s’endetter plus qu’ils ne pouvaient se permettre de rembourser. Le problème est qu’une fois que les entreprises sont en difficulté, le reste d’entre nous risque de subir le même sort.

Toutefois, on pourrait dire que cela a été une cause majeure de la crise financière en premier lieu, car l’offre de crédit au Royaume-Uni était très limitée dans le passé. Les taux d’intérêt ont été maintenus à des niveaux très bas et les entreprises ne pouvaient plus emprunter. Par conséquent, elles ont eu beaucoup de mal à se développer, ce qui a entraîné un énorme ralentissement de la croissance économique.

 

Certains affirment que la réduction des coûts des entreprises y a également contribué. La réduction des coûts, par exemple en employant davantage de personnes, a conduit les entreprises à réduire leurs effectifs, ce qui signale généralement la fin des bons moments d’une entreprise. Il en a résulté des suppressions d’emplois massives et une augmentation des chiffres du chômage. En outre, certains analystes financiers ont accusé la réduction des prêts commerciaux et de la construction immobilière, affirmant qu’elle a également eu un impact sur les prix de l’immobilier au Royaume-Uni.

Cependant, la situation semble sombre lorsqu’on regarde le côté positif de l’histoire. De nombreux indicateurs indiquent que le système financier britannique est prêt à faire face à une crise. Le premier indicateur est le nombre de cartes de crédit et de cartes de magasin qui ont été émises au cours des derniers mois. Les détaillants ont toujours dû faire face à un niveau de concurrence élevé, mais ces nouvelles offres de cartes de crédit leur ont permis de prendre plus facilement le dessus sur les ventes. Il semblerait que les banques soient prêtes à travailler avec leurs clients, plutôt que de les voir fuir le secteur.

La Banque d’Angleterre est un autre indicateur qu’un Brexit est peut-être sur le point de voir le jour. Les spécialistes financiers estiment que la BoE est devenue moins interventionniste ces derniers mois. Cela s’explique par le fait que les taux d’intérêt sont désormais assez bas et que la BoE souhaite voir l’inflation revenir à sa moyenne antérieure. La BoE indique également qu’elle ne voit pas la nécessité d’une expansion majeure du système financier britannique. Cela signifie qu’une percée des grandes banques est peu probable pour le moment.

La plupart des experts économiques s’accordent à dire que la meilleure chance d’un système financier britannique Brexit vient de la Banque d’Angleterre et du secteur financier. Si la BoE relâche son emprise sur la politique monétaire, cela provoquera une fuite du marché de l’immobilier commercial. En outre, la BoE pourrait ne plus imprimer d’argent pour soutenir le système financier. On spécule également sur le fait que la BoE pourrait commencer à augmenter les taux d’intérêt et les achats d’obligations. Ces actions commenceront à resserrer les cordons de la bourse, ce qui signifie que les épargnants et les emprunteurs auront plus de mal à accéder à l’argent dont ils ont besoin.

Dans l’état actuel des choses, il y a une chance raisonnable que le système financier britannique ne subisse pas un Brexit. Toutefois, il est important pour toute personne qui investit sur les marchés financiers britanniques d’agir rapidement si elle s’attend à un ralentissement majeur dans les mois à venir. De nombreux investisseurs craignent qu’une récession majeure ne conduise à une profonde récession aux États-Unis, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur l’économie des deux pays. C’est pourquoi le calendrier de toute décision d’investissement doit être soigneusement étudié.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *