Actualité Finance

Des chiffres “exceptionnels” poussent Siemens à atteindre un record

Des données «exceptionnelles» poussent Siemens à établir un record.

La firme de technologie allemande conteste la pandémie de Corona avec le limogeage de Kaeser. Les chiffres trimestriels sont bien supérieurs aux attentes des analystes. Corona permet également d’économiser de l’argent: pas de voyage, moins de marketing. 

Pendant des années, le PDG de Siemens, Joe Kaeser, avait espéré que sa carrière boursière serait reconnue; peu avant de partir, il parvient enfin à conquérir les acteurs de la bourse. Un premier trimestre exceptionnel, ont déclaré les analystes, a poussé vendredi les actions de la firme de technologie basée à Munich à un niveau record de 131,34 €. Malgré la pandémie Corona, Siemens a augmenté son bénéfice d’exploitation (Ebita) dans ses deux principales divisions d’octobre à décembre, bien plus que ce que les analystes attendaient. L’EBIT du secteur industriel devrait représenter deux milliards d’euros, si la division médicale de Siemens Healthineers est également à la hauteur des attentes. La crise a également permis à l’entreprise d’économiser: les frais de déplacement ont été réduits, le marketing a été réduit.

Le fait que les chiffres soient “nettement meilleurs que prévu”, comme l’a dit Siemens jeudi soir, est un euphémisme, a écrit Philip Buller, analyste chez Berenberg, d’autant plus que Siemens n’a pas souvent déçu par le passé. Les commandes reçues ont dépassé de 8% l’estimation moyenne, les ventes de 3% et le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (Ebita) de 30%. Les marges bénéficiaires étaient “exceptionnelles”. Siemens a ainsi montré que ses objectifs de performance ambitieux sont réellement réalisables. Cela augure bien pour la saison des relations dans le secteur de l’électronique et de l’automatisation.

La restructuration radicale de l’entreprise porte ses fruits 

Kaeser lèvera son chapeau lors de l’assemblée générale annuelle des actionnaires le 3 février après plus de sept ans à la tête de Siemens. Là, il peut être célébré à nouveau par des nombres, bien qu’il ait remis la direction opérationnelle à son successeur, Roland Busch, en octobre. Sa restructuration radicale de l’entreprise porte ses fruits aux yeux des investisseurs: suite à la scission de la division énergie, la bourse se concentre sur l’automatisation industrielle, la technologie des infrastructures et le secteur ferroviaire.

Siemens ne publiera pas de données consolidées, y compris pour Siemens Healthineers, une société cotée en bourse, avant l’assemblée générale annuelle des actionnaires. Mais si la filiale de technologie médicale ne répond pas aux attentes au premier trimestre, la société peut s’attendre à un résultat opérationnel industriel (Ebita) supérieur à deux (année précédente: 1,53) milliard d’euros et à un chiffre d’affaires stable de 13,0 (13,1) milliards. EUR. Les analystes s’attendaient auparavant à ce que Siemens affiche un Ebita de seulement 1,67 milliard d’euros et un chiffre d’affaires de 12,7 milliards d’euros.

La Chine et les logiciels sont les moteurs du commerce

Siemens a été poussé par la demande de la Chine, qui a largement survécu à la crise en tant que pays d’origine de la pandémie. L’activité avait “augmenté de manière significative”. L’industrie numérique est la plus performante, avec Ebita, l’unité phare de l’entreprise, qui a vu son chiffre d’affaires croître de 57% pour atteindre 848 millions d’euros, grâce à la reprise rapide de l’activité logicielle rentable. Cela a porté la marge à 22,5 (14,4)%. Dans la division «Smart Infrastructure», qui traite des technologies et des infrastructures du bâtiment, Ebita croît de 39%. Les deux principales divisions ont également augmenté leurs ventes suite à des ajustements de change.

Mobility, la division de la technologie du trafic, était légèrement inférieure aux estimations des analystes en termes de ventes, mais a maintenu l’EBITDA au même niveau que l’année dernière, avant l’épidémie de Corona. Grâce à des commandes importantes, les commandes de son rival Alstom ont augmenté des deux tiers. Siemens Healthineers, qui est également entré dans le secteur des tests de Corona, pourrait même être stimulé par la pandémie.

Après un début d’année réussi, Siemens envisage de revoir encore ses prévisions pour 2020/21. Selon le communiqué, il “examinera les clients potentiels” avant le 3 février. Auparavant, le CFO Ralf Thomas ne prévoyait une reprise d’activité qu’au second semestre. Cela devrait permettre à Siemens de réaliser une croissance «modérée» de ses revenus de 3 à 5%. Le bénéfice net devrait augmenter au même rythme. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *