Actualité Finance

Comment protéger ma famille des pharmacies contrefaites?

Comment protéger ma famille des pharmacies contrefaites

Comment puis-je protéger ma famille des conséquences des pharmacies contrefaites?

Contrefaçon, c’est copier quelque chose, dans le but de frauder, d’endommager ou même de détruire, pour une utilisation dans le commerce illégal, ou bien d’induire les gens en erreur en leur faisant croire que la contrefaçon a une valeur égale ou supérieure à l’article réel. Dans son sens le plus large, frauder signifie «ne pas accomplir l’acte de s’acquitter légalement des devoirs d’un créancier». Escroquer quelqu’un en faisant une fausse promesse, ou ne pas exécuter un acte légalement requis, c’est frauder cette personne. Par exemple, si vous deviez de l’argent à une banque et que vous aviez par la suite fait défaut sur votre prêt, elle pourrait intenter une action civile contre vous; votre non-paiement du prêt pourrait être considéré comme un motif de fraude, selon les politiques de la banque en matière de non-paiement. Une action civile peut être pénale ou civile. Dans le domaine civil, la fraude peut également inclure des actions telles que: le vol de fonds publics, les délits d’initié, les fraudes en valeurs mobilières, les fraudes aux assurances et les délits fiscaux.

 

Pour expliquer cela un peu plus en détail, examinons d’abord quelques-unes des œuvres littéraires les plus connues des États-Unis. Un tel exemple est Moby Dick. Cette histoire, écrite à l’époque de la Seconde Guerre mondiale, tourne autour d’un requin blanc avide et complice et sa quête d’or. À un moment donné de l’histoire, le protagoniste, Silhouette, est également impliqué dans le vol d’un navire. Cependant, lorsqu’elle vend sa pièce d’or à un acheteur, elle se rend compte que l’acheteur a été escroqué. Les personnages principaux de l’histoire incluent un ancien allié du capitaine Ahab, un capitaine pirate irlandais, et sa petite-fille Nix, qui figurent dans la version cinématographique.

 

Un autre livre célèbre qui entre dans la catégorie des «droits de propriété intellectuelle frauduleux» est «Atlas Shrugged» d’Ayn Rand. Ce roman traite de la philosophie anti-commerciale, anti-sociale et anti-socialiste d’Ayn Rand, qui est similaire à l’objectivisme. Les romans de Rand sont très controversés parmi les consommateurs américains, en raison de ses tendances anti-collectives et de son penchant pour l’anticapitalisme et son rejet des valeurs collectivistes de la société américaine. Ses livres se sont vendus à des millions d’exemplaires dans le monde et sont constamment appelés la fontaine de la richesse.

 

Les droits de propriété intellectuelle frauduleux sont de très mauvaises nouvelles pour tous les secteurs, mais ce sont surtout des mauvaises nouvelles pour l’industrie des biens de consommation, qui a déjà énormément souffert en raison de la bulle gonflée du marché immobilier et de l’effondrement qui a suivi. Si vous y réfléchissez bien, les produits contrefaits coûtent à l’économie américaine des milliards de dollars par an. En fait, dans certains cas, les biens de consommation contrefaits coûtent plus cher que les produits légitimes conformes à la loi américaine. En effet, les produits contrefaits coûtent moins cher à produire et à vendre que les produits légitimes, et les coûts sont répercutés sur les consommateurs sous la forme de prix plus élevés.

 

Un cas qui est étroitement lié aux produits pharmaceutiques contrefaits est la «FDA Food Drug Marketing Revises» ou la FDA Food & Drug Administration. La FDA prétend avoir “doublé” les réglementations sur les cosmétiques, les écrans solaires et autres compléments alimentaires, mais en réalité ces réglementations n’ont pas du tout été augmentées. Au lieu de cela, la FDA Food & Drug Administration a simplement redéfini de nombreuses normes juridiques qui existaient depuis plusieurs années. Par exemple, une norme de la FDA exigeait que les compléments alimentaires soient vendus comme «sans conservateur». Ce n’est pas la même chose que de dire que les compléments alimentaires sont exempts de contaminants, mais simplement qu’aucune substance artificielle ou produit chimique n’a été utilisé pour fabriquer le supplément.

 

Un autre exemple est que la FDA n’a pas «aboli» les dispositions exigeant que les fabricants de produits pharmaceutiques fournissent des «preuves écrites» de leurs allégations concernant l’efficacité et la sécurité. Cela signifie que même si la FDA affirme avoir «réduit la menace de détournement de médicaments sur ordonnance», l’industrie pharmaceutique continue d’introduire de nouveaux médicaments qui ne répondent pas réellement aux objectifs initiaux de la FDA. Cela a conduit à un grand nombre de demandes de remboursement frauduleuses de médicaments remplies par des pharmaciens, des médecins et même des compagnies d’assurance. Le résultat a été une baisse des prix pour les consommateurs, mais il a également entraîné une augmentation des ventes de médicaments frauduleux sur le marché noir.

 

La FDA n’a rien fait pour réduire le risque que des individus se livrent à des activités frauduleuses à l’aide de faux badges d’identification et d’ordonnances. Malgré la «menace réduite» de fraude sur les médicaments sur ordonnance, davantage de consommateurs sont victimes de ces escroqueries. En fait, la menace de fraude sur les médicaments sur ordonnance s’est en fait aggravée en vertu de la législation américaine. En 2021, les États-Unis ont adopté le Buy American Act, qui impose des sanctions plus sévères aux entreprises qui fabriquent des produits contrefaits en provenance de pays étrangers. Le Congrès américain a également adopté la Protect Act pour protéger les consommateurs de tout type de «comportement frauduleux lié à la drogue», qui comprend la disposition de la loi autorisant une peine de prison minimale obligatoire de sept ans pour ceux qui essaient sciemment de vendre des médicaments sans licence.

 

Actuellement, la sanction pour la vente de médicaments contrefaits se résume à un maximum d’un an de prison. Des sanctions plus élevées s’appliquent aux distributeurs et les sanctions augmentent chaque année pour quiconque aide et encourage la vente de médicaments contrefaits. Cependant, de nombreux procureurs de l’État ne poursuivent pas ces affaires en raison de la difficulté à prouver l’intention. Pour cette raison, de nombreux contrefacteurs préfèrent aller dans la clandestinité au lieu d’être jugés. La difficulté accrue de prouver l’intention fait que moins de personnes sont poursuivies pour leurs crimes, mais les conséquences des lois sont encore assez dures.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *