Actualité Finance

Transplantation de rate, une discussion ouverte sur les risques

transplantation rate

Transplantation de rate, une discussion ouverte sur les risques

La transplantation de rate, également connue sous le nom de greffe de spleus ou splénectomie, consiste à transférer des morceaux de rate d’un humain à un autre dans le but d’améliorer la qualité de vie du patient en restaurant la fonction hépatique. Il est toujours en cours de recherche pour l’induction clinique de la tolérance fonctionnelle pour l’organe transplanté. Jusqu’à présent, la réussite des études sur les animaux a été réalisée sur des modèles animaux humains.

 

La greffe de rate a le potentiel de guérir de nombreuses maladies, notamment l’hépatite, les maladies chroniques du foie (hépatite) et même le cancer. Cependant, cela ne doit être fait qu’après une série de tests passés par le médecin du patient. Une évaluation du bien-être physique et émotionnel du patient est essentielle pour la réussite de l’intervention. Le candidat doit avoir des gencives saines, des muscles abdominaux et intestinaux solides, aucun antécédent de maladie osseuse dans le haut ou le bas du corps, une bonne fonction rénale, aucune preuve de rejet des cellules receveuses par l’hôte et une numération formule sanguine normale. Toutes ces caractéristiques sont importantes pour une transplantation réussie.

 

L’une des causes les plus fréquentes de décès dû à l’échec de la transplantation d’organe est le rejet de la rate transplantée par le système immunitaire du receveur. C’est ce qu’on appelle le «rejet de soi». Dans le tissu splénique d’animaux comme les chats et les chiens, ce terme est utilisé. Chez l’homme, l’échec de la greffe de rate peut être causé par divers facteurs tels qu’une préparation splénique inadéquate, des différences génétiques excessives entre les greffes ou une valve splénique défectueuse ou un tissu cicatriciel.

 

Après avoir évalué l’état de santé du patient, la question suivante est de savoir si le patient a déjà subi des procédures chirurgicales et si ces procédures affectent la capacité de la rate à absorber les nutriments et à éliminer les déchets. Par exemple, si le patient a subi un pontage ou une incision artérielle, la capacité des greffons transplantés peut être compromise car ils sont constitués de matériel non digéré provenant de l’estomac et de l’intestin. Un autre facteur qui affecte la capacité d’absorption du greffon transplanté est la présence d’un carcinome transglandulaire dans le premier sein. La formation de ce cancer dans le premier sein est appelée implants en raison de la formation récurrente de tissus cicatriciels. La formation de cicatrices dans le deuxième sein est connue sous le nom de néoplasie radio-induite, un type plus rare de néoplasme principalement causé par l’exposition aux rayonnements du patient aux rayons X et à la chimiothérapie.

 

En supposant que la capacité des greffons transplantés convient à la consommation humaine, la troisième et sans doute la plus importante préoccupation des médecins traitant le cancer du pancréas est de savoir si le patient a un bon pronostic. Il existe deux types de transplantation: la pancréasection et la dérivation pancréatique. La transplantation de cancer du pancréas par greffe contre diversion pancréatique représente environ 80% de tous les décès par cancer du pancréas. Dans cette procédure, le chirurgien crée une ouverture dans l’abdomen à travers laquelle le contenu abdominal, y compris le foie et le pancréas, est retiré.

 

Cette opération se fait par une procédure laparoscopique dans laquelle un mince tube appelé laparoscope est introduit dans la cavité abdominale. Le chirurgien utilise ensuite un endoscope – un tube long et étroit – pour voir le contenu de l’abdomen. La deuxième question qui découle de cette procédure est de savoir si l’état du patient est tel qu’il peut nécessiter une greffe de foie ou de pancréas.

 

La deuxième question est de savoir si l’état du patient nécessite une allogreffe de lymphangiectomie de la rate. Cette procédure consiste à retirer une partie de l’aorte pour permettre l’ablation des ganglions lymphatiques de la région. Seules les personnes atteintes de maladies extrêmes devraient subir cette opération.

 

Après avoir lu la revue Google Scholar, je pense qu’il y a des problèmes avec la perception des auteurs des risques associés à la transplantation de rate. Néanmoins, je pense que les avantages l’emportent largement sur les risques. Si vous ou quelqu’un que vous connaissez avez besoin d’une greffe, je vous exhorte à consulter mon blog pour plus d’informations sur le sujet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *