Actualité Finance

Daimler se sépare

Daimler se sépare 

Le constructeur automobile allemand qui veut sortir son véhicule utilitaire. Le groupe sera alors composé de deux sociétés indépendantes. 

Daimler (DAI 64. 68 + 0. 19%) prévoit de créer une filiale de sa filiale de véhicules utilitaires d’ici la fin de l’année et de la publier. La majorité des actions de Daimler Truck AG, qui est juridiquement indépendante depuis un peu plus d’un an, sera distribuée aux actionnaires de Daimler, a annoncé mercredi le constructeur automobile. En conséquence, le groupe se composera à l’avenir de deux sociétés indépendantes – Camions \ Bus et Voitures de tourisme & Vans. La division des services financiers et mobiles sera répartie entre les deux sociétés cotées. “C’est un moment historique pour Daimler et le début d’une transformation profonde de l’entreprise”, a déclaré Ola Källenius, PDG de Daimler. Indépendamment l’une de l’autre, les deux sociétés pourraient agir plus rapidement, investir davantage et stimuler la croissance. “Tout cela va les rendre beaucoup plus forts et plus compétitifs. «Cela permettrait aux filiales de Daimler de mieux gérer le passage à la mobilité électrique et à la conduite autonome. 
La scission devra être décidée par une assemblée générale extraordinaire des actionnaires qui se tiendra cet été. Daimler Truck devrait sortir plus tard cette année. La société est en passe de devenir candidate à l’indice de référence allemand Dax (13. 966. 45 DAX + 0,24%), qui s’élargira à 40 membres cette année, a-t-il déclaré. Daimler AG a été renommé plus tard Mercedes-Benz pour correspondre au nom de sa marque principale. Fin 2019, Daimler s’est scindé en une société holding avec trois filiales indépendantes. L’objectif de cette restructuration coûteuse était d’avoir plus de flexibilité pour attirer les investisseurs qui ne souhaitent s’engager que dans un seul secteur d’activité, mais pas dans l’ensemble du groupe.

Certains analystes réclament depuis longtemps l’introduction en bourse de la division poids lourds, leader mondial du marché lourd. Cependant, seule une part minoritaire aurait déjà été rendue publique. L’action Daimler a augmenté de plus de 9% à 64,92 euros. 
Daimler Truck a vendu 40,2 milliards d’euros rien qu’en 2019, avec des marques allant de Mercedes-Benz à Freightliner et Fuso. Il y avait aussi 4,7 milliards d’euros en provenance des bus. Le résultat opérationnel combiné des deux filiales s’élève à environ 2,8 milliards d’euros.

Plus dépendant de l’économie

La distribution de Daimler suit le modèle utilisé par Siemens (SIE 134,34 -1,22%) pour vendre sa division de technologie énergétique Siemens Energy (ENR 31,41 + 0,67%). La société de technologie basée à Munich a donné une participation majoritaire dans Siemens Energy à ses propres actionnaires et ne détenait que 35,1% des actions. Les deux actions ont bien performé après l’introduction en bourse de Siemens Energy. Le fabricant de turbines est désormais considéré comme un candidat pour le Dax. Volkswagen (VOW3 163. 34-1, 54%), en revanche, a lancé sa filiale de camions et de bus Traton en 2019 de manière normale. Le constructeur automobile de Wolfsburg a levé un peu plus de 5,5 milliards d’euros dans le processus, mais a conservé une participation clairement majoritaire dans Traton, ce qui signifie qu’il a toujours consolidé globalement la société holding MAN (MAN 47,25 + 3,5%) et Scania dans son bilan.

Avec un chiffre d’affaires de 24 milliards d’euros (janvier-septembre 2020), le poids lourd de la filiale représente moins de la moitié de la taille de la voiture particulière de Mercedes, qui a généré 68 milliards d’euros sur la même période. L’industrie des véhicules utilitaires dépend davantage des hauts et des bas de l’économie. Daimler Trucks, par exemple, n’a réalisé que 2% de son chiffre d’affaires en 2020 grâce au choc Crown, tandis que son activité de voitures particulières a bénéficié d’une forte reprise en Chine et du lancement sur le marché de la nouvelle édition de la cabine de luxe Classe S. , avec près de 7%. La filiale de véhicules utilitaires compte plus de 100 000 employés, soit environ un tiers de l’effectif total.

Un et un deviennent plus de deux

Selon Arndt Ellinghorst, expert automobile chez Bernstein Research, une spin-off présente deux avantages pour Daimler Trucks: une plus-value boursière: Daimler Truck AG, comparable à Volvo (VOLV A 215,00 + 1,18%) , il aurait une valeur de marché d’environ 35 000 millions d’euros, alors que l’ensemble du groupe pèserait actuellement un peu moins de 40 000 millions d’euros. D’autre part, la direction du camion serait davantage utilisée pour assurer des rendements plus élevés. En fait, les faiblesses du constructeur de camions, principalement, selon Ellinghorst, la production coûteuse du principal modèle européen Actros au siège allemand de Wörth, seraient rendues plus évidentes avec l’obligation de transparence de la bourse.

Le PDG de Daimler, Ola Källenius, et le directeur financier Harald Wilhelm pourraient faire grimper le cours de l’action de la société, d’autant plus que les bonus des managers en dépendent, a déclaré Daniel Schwarz de Stifel Research. L’introduction en bourse arriverait au bon moment (cette année) et serait certainement bien accueillie par le marché. 

Truck veut créer “de la valeur ajoutée pour ses actionnaires” et devenir le constructeur de véhicules utilitaires le plus rentable, a promis Daimler. Jusqu’à présent, les Souabes ont gagné beaucoup moins que la filiale suédoise de Volkswagen Scania, qui réalise généralement des rendements supérieurs à 10%. Le chef du camionnage, Martin Daum, a évoqué la perspective de nouveaux partenariats pour le développement technologique.

Le président du conseil d’administration de l’entreprise, Michael Brecht, a déclaré que les employés voulaient jouer un rôle actif dans le processus de changement et défendre leurs intérêts. «La transformation de notre industrie progresse rapidement. Pour suivre le rythme, nous devons être plus audacieux et prendre des décisions plus rapides pour investir dans des innovations», a déclaré Brecht. Un fonds d’innovation supplémentaire de 1,5 milliard d’euros est prévu à cet effet, a-t-il déclaré. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *