Actualité Finance

Lucian Freud influencent encore l’art moderne aujourd’hui

Lucian Freud

Comment les peintures de Lucian Freud influencent encore l’art moderne aujourd’hui

Lucian Freud fait partie de ces artistes qui sont devenus synonymes de l’art européen en général et de l’art en particulier. Il est communément admis qu’il est l’un des modernistes les plus influents de tous les temps. Son nom est synonyme de romantisme britannique, en particulier son tableau The Night Cafe (1925), qui reste un élément central de la National Gallery de Grande-Bretagne. En fait, beaucoup de gens associent encore aujourd’hui le mot “romantique” aux peintures de Lucian Freud.

Le terme “psychanalyse” n’apparaît sur aucune de ses œuvres. Il s’agit peut-être d’un curieux oubli de la part de l’artiste, puisqu’il apparaît fréquemment dans ses titres, comme dans le nom d’une de ses séries de portraits. En fait, le terme “psychanalyse freudienne” a été utilisé par lui pour désigner son propre travail très imaginatif et érotique, dans lequel il s’est fortement concentré sur la psychologie du corps humain. Ainsi, Lucian Freud est devenu le premier peintre britannique à utiliser le terme “psychanalyse” dans ses peintures, mais il semble qu’il n’y ait aucune trace de ce terme dans les œuvres actuelles.

Tous les best-sellers de son époque, Le problème œdipien (1907), La chaîne (1908) et La femme dans les cheveux d’un chien (1910) sont consacrés à des objets d’obsession, ou à des représentations d’émotions douloureuses. Cependant, son travail sur des sujets humains comprend également des peintures telles que L’homme au ballon (vers 1920), La fille au pincement (vers 1920) et Take Me Home – See Me in My Home (1927). Il ne fait aucun doute que Freud a été profondément marqué par les traumatismes de son enfance et qu’il était par conséquent un peintre extraordinairement bien informé, qui a réussi à transmettre ses sentiments à travers ses peintures.

 

Lorsque sa carrière était à son apogée, à la fin des années trente et au début des années quarante, Freud a beaucoup voyagé en Europe occidentale, visitant de nombreux musées et galeries parmi les plus célèbres du continent. Au cours de ces voyages, il a rencontré de nombreux peintres hautement qualifiés et compétents qui lui ont enseigné de nombreuses leçons importantes sur la façon de peindre. Parmi les nombreuses expositions que Freud a visitées, l’une des plus marquantes est la prestigieuse exposition Rieper à Londres, organisée par le marchand d’art Arthur Nevins. En collaboration avec le très talentueux artiste Peter Callos, Freud y a présenté ses “Théories de la différence sexuelle” et “Mes essais sur la beauté” à l’automne de cette année-là.

À partir de cette exposition, Freud s’est rendu à Paris, où il a passé une grande partie de l’année à préparer Thèbes, où il a produit un grand nombre de ses plus belles peintures, dont la célèbre Vénus en Taureau. Il ne rentre en Grande-Bretagne que pour terminer La Chaîne, un tableau préparatoire qu’il expose à la Saatchi Gallery de Londres. Il se rend ensuite à Florence, en Italie, pour achever La Vierge à l’enfant avec Max Reinhardt, et pour terminer La Nuit étoilée. De France à Londres, puis à Rome et à New York, Freud se rend aux jardins du Zauberberg à Manhattan et au Salon Museum de Berlin. Enfin, il retourne à Tauranga, où il vit ses dernières années, peignant presque toutes les peintures à l’huile qu’il a produites pendant les dernières années de sa vie.

Lorsque l’artiste s’est finalement installé dans sa Nouvelle-Zélande natale à la fin des années soixante-dix, il a laissé derrière lui certaines de ses œuvres les plus spectaculaires, principalement des œuvres impressionnistes qui montrent l’influence de Callaux, Monet et Renoir, ainsi que celle de Warhol et Giacometti. Il était notamment célèbre pour ses peintures surréalistes et érotiques, qui présentaient souvent des scènes de grandes villes ou des paysages ruraux à une échelle inhabituelle. La plupart ont été réalisées vers la fin de sa vie, mais il y a une quantité surprenante de peintures qui ont été produites de son vivant, dès 1947, comme Day of the Locals, qui dépeint la Nouvelle-Zélande rurale en pleine guerre. Dans ses peintures du bord de mer, Freud s’est retrouvé à se préparer mentalement à son éventuel déménagement à Londres. Après avoir été séparé pendant des années par l’isolement politique et social qui était très répandu dans l’Angleterre de l’après-guerre, il a senti qu’il devait trouver un moyen de se rapprocher du public britannique et de “se reconnecter”. Ceci est particulièrement pertinent si l’on considère que la plupart de ses peintures à l’huile de son vivant semblaient voyager dans le temps, allant de l’ancienne Mésopotamie à la ville moderne de Londres.

Dans ces peintures de l’ancienne Mésopotamie, Lucian Freud tente d’expliquer les effets que les conflits et les bouleversements ont eu sur la psyché humaine. Dans les temps plus modernes, on peut voir les mêmes théories à l’œuvre dans les œuvres d’artistes comme Frank Stella et Billy Budd, ainsi que William Blake, que l’on appelle souvent l’homme des années 60. Aujourd’hui, de plus en plus de personnes reconnaissent les effets puissants que les traumatismes et les dislocations peuvent avoir sur l’individu, tant sur le plan physique qu’émotionnel. C’est pourquoi, alors que le petit-fils de Lucian Freud commence à peindre, il est rassurant de savoir que les techniques de ses ancêtres sont toujours disponibles. Même si elles ne sont pas exactement les mêmes qu’à l’époque.

L’œuvre de son grand-père continuera à inspirer les peintres contemporains, en particulier ceux qui ont un sens artistique de la sympathie et qui ont la passion de faire revivre le passé. Les œuvres les plus mémorables resteront toujours profondément personnelles, car la vision que Lucian Freud a de l’homme moderne est si manifestement le reflet de notre propre époque. Nous ne comprendrons peut-être jamais comment il voyait le monde à l’époque, mais il ne fait aucun doute que ses peintures influencent encore les artistes d’aujourd’hui. Tant que les gens continueront à être inspirés par son travail, Lucian Freud aura toujours un rôle à jouer

 

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *