Actualité Finance

Roche réalise une croissance significative grâce aux tests corona

Roche enregistre de gros bénéfices grâce à Coronatests: 100 nouveaux emplois

Le géant pharmaceutique Roche, basé à Rotkreuz Bâle, a pu augmenter ses bénéfices l’année dernière, notamment grâce à ses Coronatests. Le site de Zoug en a profité. La Suisse est à la traîne en matière de numérisation des soins de santé, a déclaré le PDG Severin Schwan.
Au sein du groupe Roche, la division diagnostic joue généralement un rôle secondaire. En 2020, les choses étaient différentes. Le PDG du groupe, Severin Schwan, a déclaré jeudi lors de la présentation des chiffres annuels: “A terme, j’espère que le diagnostic dans son ensemble aura un statut nouveau et plus important. ” La division, dont le siège international est à Rotkreuz, a augmenté de 6% l’an dernier pour atteindre 13,8 milliards de francs suisses. Hors effets de change de la force du franc, la croissance atteint 14%. L’année dernière, Roche Diagnostics a lancé 15 nouveaux produits pour le diagnostic des coronavirus. Le secteur du diagnostic moléculaire, où sont situés les tests, a progressé de 78%.
Diagnostics International à Rotkreuz comptait 2 626 équivalents temps plein l’année précédente, mais il en compte aujourd’hui 2 723, soit près de 100 de plus. A Zoug, Roche produit des appareils pour l’analyse du sang, de l’urine et des tissus.

Sa production a encore augmentée

Le groupe pharmaceutique a investi au total environ 600 millions de francs suisses pour augmenter sa capacité de production. Pour ce faire, l’entreprise a embauché environ 1 200 nouveaux employés dans le monde. Le défi: Roche devait acheter des consommables, des réactifs et des matières premières en même temps. Celles-ci étaient très demandées en raison de la pandémie.

Les employés travaillent maintenant presque sans arrêt pour produire suffisamment de tests. Seul Noël était vendredi, sinon ils travaillent jour et nuit, explique Thomas Schinecker, responsable du diagnostic. Roche a augmenté sa production à un rythme record.

Au cours du premier trimestre, la société prévoit de produire environ 40 millions de tests PCR par mois. D’ici l’été, il devrait en produire jusqu’à 70 millions. L’objectif pour les tests antigéniques rapides est de 100 millions par mois, et la société se situe actuellement à environ la moitié de ce niveau, dit Schinecker. Roche envisage désormais de pénétrer le marché américain, ce qui devrait entraîner une augmentation significative de la demande.

Qu’arrivera-t-il à la capacité lorsque la pandémie diminuera? Schinecker s’attend à ce que la demande de tests reste élevée au moins au premier semestre et peut-être également au troisième trimestre. Après cela, a-t-il dit, il sera difficile d’estimer comment les choses se passeront. Cependant, il a noté que de nombreux pays en dehors de l’Amérique du Nord et de l’Europe ne vaccinent pas leurs populations aussi rapidement. Une certaine exigence demeure.

Roche est fier du nouveau Coronatest, que les gens peuvent peut-être faire chez eux. Des discussions avec les autorités de différents pays sont en cours, a déclaré Schinecker. Contrairement au test classique et désagréable, un tampon à l’avant du nez suffit. Cependant, la précision n’est pas si élevée. Roche a rejeté un test PCR utilisant un échantillon de salive. C’est encore moins précis que l’écouvillon prélevé sur le devant du nez, a déclaré Severin Schwan, PDG de Roche.

Il n’y a pas de normes numériques uniformes

Les chiffres annuels présentés ne sont généralement pas intéressants. Le chiffre d’affaires du groupe a baissé de 5% à 58,3 milliards de francs suisses. La société a été particulièrement touchée par la concurrence des copies de ses médicaments anticancéreux plus anciens. Sa protection par brevet a expiré ces dernières années. Ce seul fait a entraîné une perte d’environ 5,7 milliards de francs suisses. La pandémie corona a également affecté le secteur pharmaceutique. La crise a principalement touché les médicaments qui nécessitent des visites chez le médecin ou à l’hôpital, par exemple pour des perfusions de médicaments. Cela s’est traduit par une perte d’environ 2 milliards de francs suisses.

Cependant, le bénéfice d’exploitation a augmenté de 6% à 18,5 milliards de francs suisses. Roche a réalisé d’énormes économies sur les coûts de production et sur les frais de vente et de marketing. L’entreprise a réduit ses coûts de 3,5 milliards de francs sur ces deux seuls points. Cela va continuer, a déclaré Schwan. Le groupe pharmaceutique veut avant tout investir de l’argent dans la recherche et le développement, a-t-il ajouté.

Le PDG de Roche, Severin Schwan, a vivement critiqué la Suisse lors de la conférence de presse: “En matière de numérisation des soins de santé, la Suisse est à l’âge de pierre. ” Il est temps pour le pays de tendre la main, a-t-il déclaré. Schwan parle de réveil. Lui et d’autres critiquent la Suisse à cet égard depuis des années. Cela est devenu encore plus clair pendant la crise de la Couronne. D’autres pays sont beaucoup plus avancés, a déclaré Schwan lors de la conférence de presse virtuelle annuelle de Roche. S’il y a une leçon à tirer de la pandémie pour la Suisse, c’est le manque de digitalisation dans le secteur de la santé. Cependant, le retard accumulé ne peut pas être supprimé soudainement.

Schwan avait déjà critiqué la Suisse dans une interview accordée à notre journal en 2019: “Cela commence par le fait que les données des patients en Suisse ne sont souvent enregistrées que sur papier et ne sont pas encore numérisées. ” Il n’a pas de normes uniformes, a-t-il dit. Ainsi, les données n’ont pas pu être traitées. «La Suisse a clairement une certaine reprise dans ce domaine, comme on peut le voir par exemple dans le dossier électronique du patient», a déclaré Schwan. De nombreux autres pays l’ont introduit depuis longtemps, mais ici, cela ne commence que par l’hésitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *