Actualité Finance

taux de chômage en Suisse

taux de chômage

taux de chômage en Suisse – La récession va-t-elle nuire à votre taux de chômage?

Le taux de chômage en Suisse devrait diminuer progressivement. À mesure que de plus en plus de personnes se retrouvent au chômage, le nombre de Suisses en affectation temporaire augmente également. Selon les statistiques, le taux de chômage en Suisse en 1999 était de 5,5%, tandis qu’en 2021 il a été abaissé à 4,4%. La baisse du taux de chômage peut être attribuée au fait que de nombreuses personnes ont trouvé un emploi. Cela peut également être attribué au fait que le nombre de personnes à la recherche d’un emploi ainsi que celles qui accèdent à un emploi a légèrement diminué entre les années 1998 et 2021.

 

De plus, la baisse du taux de chômage en Suisse peut être attribuée au fait qu’il y a eu une amélioration des services de la Poste nationale suisse, à savoir les frais postaux. La baisse des frais postaux a été provoquée par l’introduction de l’unité monétaire de la zone euro (CUVU). Les améliorations du système postal ont conduit à l’introduction du registre national des abonnements postaux des citoyens, connu sous le nom de timbres cantonaux. Le nombre d’abonnements postaux enregistrés de la Suisse a atteint cinq cent quatre-vingt-neuf millions entre les années 1998 et 2021. La plupart des abonnés inscrits résident à Zurich et les vingt-trois cantons suisses ont un code postal commun.

 

En outre, le taux de chômage en Suisse est resté constamment bas tout au long de la période depuis 1997. Au cours de cette période, il y a eu une augmentation du nombre de touristes étrangers installés en Suisse. L’augmentation du nombre de travailleurs étrangers a attiré des immigrés suisses qui constituaient une proportion importante de chômeurs.

 

En revanche, le nombre de chômeurs suisses a diminué entre 1998 et 2021. Cela est dû à l’afflux d’immigrants d’Afrique du Nord en Suisse, ainsi qu’à des niveaux élevés d’immigration en provenance des pays en développement. À mesure que le nombre d’immigrants au chômage diminuait, le taux d’emploi des Suisses de souche augmentait. Par conséquent, le taux de chômage national en Suisse diminue à mesure que la population vieillit.

 

Comme ce fut le cas au cours des deux dernières décennies, le taux de chômage général au niveau régional en Suisse est en baisse depuis 2021. En outre, le taux de croissance de l’emploi des immigrés suisses a également augmenté depuis. Le taux de croissance de l’emploi fait référence au taux auquel les travailleurs d’une région donnée quittent leur pays d’origine pour travailler ailleurs. Il est calculé comme le pourcentage de travailleurs par population occupée pendant une période donnée. Le taux de croissance de l’emploi des résidents suisses est le plus élevé d’Europe, car la population totale vieillit (l’âge moyen augmente en Suisse de 1% par décennie). Cela peut expliquer l’inflation comparativement faible en Suisse, ainsi que le taux de croissance de l’emploi relativement élevé.

 

Un autre facteur expliquant l’inflation relativement faible et le taux de chômage relativement élevé en Suisse est l’afflux de travailleurs étrangers et l’absorption subséquente de devises étrangères dans l’économie. Entre 2021, la main-d’œuvre étrangère en Suisse a augmenté de plus de 100%, tandis que les flux d’immigration ont entraîné une baisse des flux de migrants de retour. Cela signifie que la main-d’œuvre étrangère n’ajoute pas seulement au niveau de chômage actuel, mais contribue également à la croissance de l’économie. De nombreux économistes estiment que le processus d’intégration entre les immigrés et la population d’origine suisse prend plus de temps que prévu initialement, ce qui contribue au taux de chômage plus élevé.

 

L’un des moteurs de l’inflation est la croissance générale de l’économie suisse, mais les prix des biens et services varient également selon les séries chronologiques. En particulier, le prix des produits pétroliers, qui représente la plupart des articles échangés sur le marché suisse, fluctue entre les séries chronologiques. La récente baisse des prix mondiaux du pétrole a eu un impact négatif important sur l’économie suisse, mais rien n’indique clairement un impact similaire en Suisse. Compte tenu de la taille et de l’ampleur de l’économie suisse, il n’est pas surprenant que les effets des prix du pétrole aient été ressentis de manière limitée, compte tenu de la taille de l’économie. S’il est vrai que les prix du pétrole ont eu un impact significatif sur l’économie suisse, la plupart des experts affirment que cet effet mettra un certain temps à se manifester, peut-être dans les deux à trois prochaines années.

 

Dans ce contexte, il peut être plus utile de se pencher sur les périodes précédentes au cours desquelles l’économie suisse connaissait des indicateurs économiques positifs, par opposition à la période actuelle où l’économie suisse est confrontée à des défis et connaît par conséquent une inflation plus élevée. Selon l’analyse ci-dessus, les quatre dernières périodes ont vu une augmentation des taux de chômage, le taux de chômage augmentant par rapport à son niveau précédent d’environ 0,5 point de pourcentage. Si beaucoup ont imputé la récente baisse des prix du pétrole à cette période, il est important de se rappeler que l’économie suisse a été confrontée à des problèmes similaires dans le passé et que ces problèmes se sont produits sur une période plus longue que ce qui a été observé en le passé récent. Il serait donc plus approprié de se concentrer sur les facteurs à l’origine de la baisse des prix du pétrole plutôt que de pointer du doigt l’économie suisse dans son ensemble. Dans le passé, il a été observé que les fluctuations de l’économie suisse ont tendance à être de nature saisonnière, l’économie se redressant lentement chaque fois qu’elle subit une perturbation majeure, mais étant donné la durée et l’ampleur de la chute des prix du pétrole, ce n’est pas sûr. dire que cette situation durera longtemps, ou qu’une récession s’ensuivra bientôt.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *