Actualité Finance

Les avocats disent non à l’affaire

avocats

Les avocats disent non à l’affaire de Genève

L’affaire de Genève est l’une des principales questions juridiques qui fait partie de la toile de fond depuis que les pourparlers à six ont eu lieu au début des années 1970. Cette affaire a été déclenchée par les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Union soviétique et l’Organisation des Nations Unies. Le Protocole de Genève international a été créé pour fournir un ensemble plus défini de règles concernant la guerre et d’autres situations similaires. En tant que tel, il fixe une limite à l’action qu’un pays peut entreprendre contre un autre.

 

Avant d’approfondir le contexte de l’affaire de Genève, sachez qu’elle est considérée comme une affaire de droit international. Il traite de la question de la violation des droits de l’homme d’un individu. Si une nation ne s’acquitte pas de ses devoirs en matière de droits de l’homme à l’égard de ses citoyens, c’est une violation manifeste. Le Tribunal a le pouvoir de sanctionner ces nations en les renvoyant à la Cour pénale internationale (CPI). Un tel renvoi nécessite un vote à la majorité des deux tiers de tous les États membres. Il y a des moments où une nation ne remplit pas adéquatement ses obligations en matière de droits de l’homme et le Tribunal a le pouvoir de renvoyer une telle affaire à la CPI.

 

En fait, il arrive que le Tribunal renvoie une nation à la CPI sans avoir exigé un vote à la majorité des deux tiers de tous les États membres. Cependant, il y a eu des moments où le Tribunal a traité une affaire nécessitant un vote à la majorité simple. Cela s’est produit dans des cas comme celui de Slobodan Milosevic. La première mesure prise par le Tribunal a été de renvoyer Milosevic devant la Cour pénale internationale. Après quoi, les affaires ont été renvoyées à la Chambre d’appel.

 

Nombreux sont ceux qui pensent que la Cour pénale internationale n’est rien de plus qu’une astuce politique du Conseil de sécurité de l’ONU pour étendre sa compétence sur les criminels de guerre et les violateurs des droits de l’homme dans le monde. Cependant, ceux qui soutiennent le CTIC pensent le contraire. Ils affirment que ces tribunaux sont un élément essentiel de la Convention sur la prévention des activités illicites contre les infractions pénales internationales et qu’ils agissent comme un moyen de dissuasion efficace contre ceux qui commettraient des violations des droits de l’homme. La raison en est que ces tribunaux peuvent être considérés comme un critère utilisé pour déterminer si un pays respecte ou non ses obligations en matière de droits humains.

 

L’autre aspect de cet argument prétend que la Cour pénale internationale est une institution illégitime et qu’elle ne devrait pas être autorisée à étendre sa compétence sur les territoires où ce pays est partie. Le problème avec cet argument est peut-être qu’il repose sur l’idée qu’un pays devrait avoir le droit de décider de la manière de poursuivre ses propres citoyens pour des crimes commis à l’intérieur de ses frontières. Cependant, c’est précisément ce droit que la CPI espère atteindre grâce à ses efforts. Si un pays est reconnu coupable d’atteintes aux droits de l’homme, ce pays sera alors contraint d’instituer des mesures correctives pour garantir que les violations des droits ne se reproduiront plus.

 

En plus de cela, certaines personnes soutiennent que l’affaire ne concerne pas seulement l’indemnisation des blessures physiques qui ont été causées par les auteurs présumés. Par exemple, une femme peut prétendre que son mari l’a agressée sexuellement pendant qu’elle était enceinte. Cela relèverait sans doute d’un type de voies de fait graves dans lesquelles le couple était responsable de l’attaque, même s’il n’a en fait infligé aucun dommage physique. Si le mari devait être poursuivi, cela servirait d’exemple supplémentaire de la raison pour laquelle la décision du tribunal pourrait ne pas être appropriée.

 

D’un autre côté, un autre argument est que la Cour pénale internationale n’a pas compétence sur la situation. La raison en est que le pays accusé d’actes répréhensibles n’est pas signataire de la Convention de la Cour pénale internationale. Cela signifie que le pays ne peut être lié par les décisions rendues par la Cour pénale internationale que si ces décisions sont prises sur son territoire. Par conséquent, la Cour n’a pas compétence pour connaître d’une situation à moins que ce pays n’accepte la compétence de la Cour.

 

Les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et l’abstention font partie des pays qui ont critiqué la Cour pénale internationale. Ces critiques viennent de pays signataires de la convention mais qui ne sont pas signataires de la convention de Genève elle-même. En réponse à ces critiques, la Cour pénale internationale a déclaré qu’elle ne porterait pas l’affaire devant la Cour. Au lieu de cela, il demandera aux parties à l’affaire de prendre des mesures indépendantes les unes contre les autres devant un tribunal indépendant de l’État où le crime allégué a été commis. Cela signifie que l’affaire sera entendue par le système juridique d’un autre pays, plutôt que par la Cour elle-même.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *