Actualité Finance

Leonteq défie l’année de crise

Leonteq défie l’année de la crise

Analyse | Le spécialiste des dérivés revient à la normale après un premier semestre 2020 mouvementé. Le dividende aura augmenté de moitié et devrait continuer d’augmenter. 
Leonteq (LEON 45,55 + 10,83%) a dépassé les attentes du marché avec un second semestre solide. Le bénéfice du second semestre de 39,9 millions de francs a dépassé de plus d’un quart les attentes des analystes moyens. La bonne performance du cours de l’action ces derniers jours avait déjà été anticipée, et jeudi les actions sont très demandées. 
À mi-parcours et de manière surprenante, le spécialiste des dérivés souhaite désormais porter le dividende à 0,75 franc par action, amorçant ainsi la progression des paiements un an plus tôt que prévu. Le dividende devrait également augmenter pour cette année et, à partir de 2022, Leonteq prévoit de distribuer plus de la moitié de ses bénéfices annuels aux actionnaires. «Nous supposons que cela rend désormais les actions nettement plus attractives pour les investisseurs», écrit Michael Kunz, analyste à la Banque cantonale de Zurich.

Record de ventes au quatrième trimestre

Au second semestre, la principale source de revenus de Leonteq, les revenus de commissions et de services qu’il tire de ses dérivés et services aux partenaires émetteurs, a en effet diminué par rapport au second semestre 2019. La société a attribué cette situation à la prudence des investisseurs . à l’approche des élections américaines et face à une deuxième vague de pandémies. Ce n’est qu’en novembre que la demande a atteint un niveau élevé, donnant à l’entreprise un chiffre d’affaires record au quatrième trimestre.

Cependant, le résultat du second semestre a été soutenu par des activités commerciales. Au cours du premier semestre, la société a enregistré une perte commerciale importante de 107,1 millions de francs suisses. Cela est dû à la couverture des pertes de la crise pétrolière de mars, ainsi qu’aux annulations importantes et imprévues des paiements de dividendes. Normalement, en période de turbulence des marchés et de forte volatilité, cette position est vraiment à l’arrière-plan, grâce aux opérations de couverture que la société réalise pour ses dérivés. Cette opération s’est déroulée au second semestre dans des circonstances «normalement» plus volatiles et Leonteq a levé près de 9 millions de francs suisses dans le secteur commercial.

Arrivée du navire et nouveaux partenaires

Le développement du projet dit SHIP est également satisfaisant, dans lequel Leonteq confie de plus en plus la couverture de ses produits structurés à sept banques d’investissement, ce qui réduit le risque pour l’entreprise et a un effet d’épargne sur les fonds propres. Cela touche déjà 9% du volume des dérivés, contre 6% au premier semestre. 
Pour ce faire, la société a introduit l’année dernière pas moins de quatre nouveaux partenaires: la Banque Cantonale de Bâle, PostFinance, Rand Merchant Bank et la Banque Internationale à Luxembourg ont désormais des produits structurés émis via la plateforme Leonteq. Il s’associe également au géant des fonds BlackRock et vend des produits dérivés basés sur les fonds du gestionnaire de fortune.

Un bon début d’année

Selon le PDG Lukas Ruflin, Leonteq a bien commencé la nouvelle année. Le chiffre d’affaires record du quatrième trimestre s’est poursuivi et les actions de la plateforme Leonteq ont également atteint un niveau record. Grâce à de nouveaux investissements dans des initiatives clés visant à faire de Leonteq la principale plateforme technologique et de services et l’écosystème de solutions d’investissement, la société s’attend à une base de coûts de 210 millions de francs suisses (+ 6,1%) pour l’année en cours.

Les fonds propres devraient atteindre 800 millions de francs (+ 10,7%). Cela va bien au-delà des exigences réglementaires et rend crédible la promesse d’une politique de dividende progressif. Il est d’autant plus remarquable que Leonteq a toujours réussi à obtenir un rendement satisfaisant sur ce capital ces dernières années. Espérons que l’exercice fiscal 2020 exceptionnellement turbulent aurait dû être une rare anomalie à la baisse à cet égard.

Une action avec du potentiel

Les nouveaux partenariats devraient continuer d’avoir un impact positif sur les finances cette année. Avec SHIP, ils promettent un certain potentiel de croissance tout en préservant la solide position en actions de l’entreprise. Dans tous les cas, les analystes s’attendent à des résultats nettement meilleurs cette année et l’an prochain.

Il est vrai que l’un des risques de Leonteq reste de graves perturbations du marché, comme nous l’avons vu au cours du premier semestre. Mais il a également montré qu’il pouvait résister à de telles turbulences sans dommage permanent. Dans l’ensemble, il semble être en bonne position pour poursuivre sa croissance. Par conséquent, les actions ne semblent pas surévaluées. “Finanz und Wirtschaft” estime pouvoir au moins suivre le rythme du marché en général et continuer à le faire. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *