Actualité Finance

Berlin et Paris appellent à un renforcement du système européen d’échange de quotas d’émission

Berlin et Paris appellent au renforcement des échanges d’émissions

L’Allemagne et la France poussent de plus en plus Bruxelles à aller de l’avant avec la restructuration de l’industrie respectueuse du climat. Ce qu’il faut, c’est un renforcement des échanges de quotas d’émission de l’UE pour permettre des réductions rentables de CO2 dans l’industrie, ont déclaré le ministre allemand de l’Économie Peter Altmaier (CDU) et son homologue français Bruno Le Maire, après des discussions conjointes. Dans un document de position, ils ont également appelé à l’élargissement et à l’approfondissement de la stratégie industrielle de l’UE pour mars 2020, selon le ministère de l’Économie de Berlin.

La Commission européenne prévoit de le faire de toute façon cette année: la stratégie industrielle révisée doit intégrer non seulement les objectifs climatiques à l’horizon 2030, mais aussi l’expérience de la pandémie Corona. Berlin et Paris insistent également sur un mécanisme de compensation de la limite de CO2. Il vise à minimiser le risque de fuite de carbone, c’est-à-dire la délocalisation de l’industrie vers des pays avec moins de réglementation environnementale, selon les règles internationales de l’Organisation mondiale du commerce. 
“Il est maintenant temps de tirer tous les leviers de la politique industrielle pour promouvoir activement la transformation verte et numérique, mettre en œuvre les leçons tirées de la crise de Covid 19, promouvoir la coopération dans toute l’UE sur les technologies innovantes et stimuler les investissements à grande échelle”, a déclaré Altmaier.

Son homologue, Le Maire, a souligné qu’il faudrait également mettre davantage l’accent sur la coopération entre les États sous la forme de grands projets d’intérêt européen commun (IPCEI). “En ces temps, il s’agit d’investir massivement dans les nouvelles technologies, telles que les composants électroniques, l’hydrogène, le cloud, l’espace et aussi l’intelligence artificielle”, a déclaré Le Maire. 
Dans la prise de position, les deux pays demandent également un approfondissement du marché unique et une plus grande souveraineté industrielle et numérique. “Le plan d’action pour l’union des marchés des capitaux du 24 septembre 2020 doit donc être mis en œuvre de toute urgence, car il peut apporter la certitude nécessaire aux investisseurs, aux innovateurs et à l’industrie”, indique la résolution. 
La France et l’Allemagne sont convenues de coopérer plus bilatéralement sur les biocarburants industriels et aéronautiques à faible émission de carbone. Les deux parties souhaitent fixer des priorités pour la politique spatiale européenne (ESA et UE). À cette fin, une position commune sur l’avenir des systèmes de lancement européens et la «nouvelle économie spatiale» sera élaborée à la mi-2021. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *