Actualité Finance

La formation du Symposium suisse sur l’économie

La formation du Symposium suisse sur l'économie

La formation du Symposium suisse sur l’économie

Le septième Symposium annuel sur l’économie suisse se tient à Zurich, en Suisse, de mai à octobre. Il s’agit du plus grand rassemblement de professionnels de l’économie de Suisse. Le symposium réunit d’éminents économistes du monde entier pour discuter de la politique économique internationale, des taux de change et de la croissance interpersonnels, du travail et de l’emploi, de la dynamique des prix et des revenus, de la protection sociale et des dépenses publiques. Voici quelques-uns des sujets du symposium de cette année:

 

Le deuxième jour du symposium, le professeur Ricardo B. Serrano, du Département du travail et de la protection sociale du ministère des Affaires économiques et financières de la Suisse, a prononcé un discours sur les lois et la protection de l’emploi dans les organisations internationales. Dans ce discours, le professeur Serrano a discuté du rôle des politiques visant à protéger les travailleurs des organisations internationales contre le licenciement abusif, le retrait forcé ou la fin de leur contrat, les licenciements abusifs et les méthodes de recrutement qui compromettent les intérêts des travailleurs.

 

Anzelder a discuté du sujet des revenus de la grande classe de revenu, qui comprend le 1% le plus élevé et le 1% le plus bas. Après avoir examiné en détail les tendances de la répartition des revenus au cours des trois dernières décennies, Anzelder a déclaré qu’il était évident que le revenu du groupe de revenu le plus élevé avait augmenté plus rapidement que le revenu du groupe de revenu moyen. En outre, il y avait une tendance à l’augmentation des revenus au sommet et à la baisse des revenus au bas de la distribution des revenus au fil du temps, ce qui indique une inégalité croissante des revenus. Anzelder a poursuivi en disant que ces tendances de revenus sont néfastes dans un contexte où la demande globale diminue en raison d’une croissance économique lente, d’un chômage croissant et de tensions sociales.

 

Reinhart a discuté des politiques macroéconomiques qui soutiennent l’activité économique. Pour l’essentiel, Reinhart a passé en revue les politiques économiques précédentes de la Suisse, mettant en évidence quatre composantes principales d’une politique visant à promouvoir la performance économique. Premièrement, la politique monétaire est importante pour stabiliser les taux nominaux et maintenir la stabilité financière, y compris les taux d’intérêt sur les prêts, les paiements hypothécaires et les réserves. Deuxièmement, la politique budgétaire est importante pour stimuler la croissance et l’emploi et mettre en œuvre des changements structurels pour accroître la compétitivité, notamment en réduisant la surévaluation des actifs et en assouplissant la réglementation bancaire.

 

Troisièmement, la politique de réglementation est conçue pour assurer la protection de l’économie nationale contre la concurrence étrangère et pour protéger les travailleurs et les consommateurs contre la concurrence déloyale des entreprises étrangères. L’orientation de la politique est passée d’une politique protectionniste traditionnelle à une approche de marché mixte, les décideurs politiques visant à promouvoir le dynamisme économique en garantissant des conditions concurrentielles sur le marché du travail. Enfin, la politique budgétaire est utilisée pour gérer les excédents budgétaires afin d’éviter les emprunts publics excessifs et de créer plus de place pour une relance budgétaire dans l’économie. Reinhart a noté que la récente crise mondiale du crédit a montré à quel point il est facile pour les gouvernements d’entreprendre des politiques fondées sur l’intérêt personnel plutôt que sur des considérations économiques.

 

Van Ruit a souligné qu’il est nécessaire de poursuivre les recherches dans ce domaine très sensible de la macroéconomie. Il a appelé à des études plus indépendantes, avec une perspective extérieure. Il a également recommandé que ce symposium soit organisé comme un événement annuel afin qu’il puisse être à nouveau discuté à l’avenir si nécessaire. Les discussions et recherches complémentaires sur ce domaine extrêmement important de la pensée économique sont les bienvenues.

 

Le symposium a fourni un forum précieux pour les chercheurs en économie, les décideurs et les économistes du monde entier pour discuter et débattre de questions économiques importantes. Son objectif principal était le commerce international, avec un accent particulier sur les aspects des politiques économiques concernant la Suisse. Les participants ont rendu compte de leurs expériences dans le domaine économique avant et après l’adhésion de la Suisse à l’Union européenne. Le symposium a offert une occasion unique de réunir des spécialistes auparavant séparés sur des questions économiques similaires pour échanger des idées, des expériences et de nouvelles opportunités de recherche.

 

Les questions économiques couvertes par le Swiss Economics Symposium étaient très variées, allant de la croissance macroéconomique aux questions microéconomiques en passant par le libre-échange. Une attention particulière a également été accordée aux questions liées au système financier de la Suisse et à son rôle de refuge pour les investissements. L’ampleur des sujets abordés démontre la valeur d’un symposium suisse sur l’économie. Les économistes du monde entier bénéficient d’une plate-forme où diffuser leurs points de vue et partager les diverses idées créées. Pour les décideurs politiques, les membres du symposium doivent fournir une plate-forme objective et précieuse pour prendre des décisions éclairées concernant la politique économique et sa mise en œuvre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *