Actualité Finance

Le défi de la société de protection des animaux en Suisse romande

animaux
animaux

Le défi de la société de protection des animaux en Suisse romande

La Société de protection des animaux de Suisse romande est une organisation internationale à but non lucratif. Il a été fondé en 1974 et est maintenant très proche de l’extinction en raison des menaces des industries surexploitées et des chasseurs. Quelque 1,5 million de petits animaux sauvages et même de gros sont tués chaque année par des chasseurs en Suisse romande. Seul un tiers environ de la population est entré en contact avec les espèces menacées.

 

Il est totalement contraire à l’éthique de tirer ou de manger ces animaux. Le gouvernement suisse est très strict en matière de protection des animaux. Toute personne reconnue coupable d’avoir blessé un animal se verra infliger une lourde amende. Il n’y a pas de lacunes dans la loi. Même le personnel des bureaux de la Société de protection des animaux en Suisse romande est passible des mêmes peines que celles constatées en Allemagne, en Pologne, en République tchèque, en Roumanie et en Grèce.

 

La chasse aux animaux pour le sport ou même pour le profit est devenue un problème sérieux au cours des dernières décennies. L’énorme demande de manteaux de fourrure a entraîné d’énormes problèmes pour le cerf, le porc, le wapiti et un certain nombre d’autres vertébrés. Ces animaux sont tous menacés d’extinction car leur nombre s’épuise à un rythme alarmant. De nombreux animaux menacés ont été exposés dans des zoos ou des musées afin de collecter des fonds pour la conservation.

 

Cependant, il y a des gens qui estiment que tous les animaux devraient être protégés parce qu’ils ont des droits. Ils estiment que personne ne devrait nuire aux animaux, peu importe ce qu’ils causent. Ils croient également que les animaux devraient avoir des droits égaux. Ils sont profondément offensés si quelqu’un se moque d’un animal. Il y a un vieux dicton qui dit: Il n’y a pas de joie comme le bonheur de voir rire un chat.

 

En France, le terme vous coucher ou joie de voir est utilisé. Les gens se sentent très fiers d’eux-mêmes lorsqu’ils aperçoivent un chat ou un chien jouant avec d’autres animaux ou même des personnes. Ils se sentent très attachés à ces créatures et les considèrent comme faisant partie de la famille. C’est pourquoi les Français ont tant de mal à voir un animal maltraité.

 

En ce qui concerne les animaux, il est considéré comme sacrilège de leur faire du mal. Si cela arrive à un animal, les personnes impliquées seront poursuivies en vertu des lois sur la cruauté envers les animaux. Les peines peuvent aller de plusieurs années de prison à une amende importante.

 

Il existe de nombreuses causes populaires défendues par les Français. Il y a le désir de protéger tous les animaux, qu’ils soient domestiques ou sauvages. La cause la plus populaire est la promotion de la thérapie assistée par les animaux. De nombreux animaux ont besoin d’aide pour des problèmes de mobilité ou d’arthrite. La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux tente également de prévenir la cruauté envers les animaux grâce à sa politique No Kill.

 

De nombreux Suisses considèrent le travail de la société de protection des animaux comme une perte de temps et de ressources. Cependant, ce pays est l’un des rares à avoir pris des mesures pour protéger les animaux contre les traitements cruels. En fait, la seule chose que le gouvernement a faite, c’est d’adopter une loi contre l’euthanasie.

 

L’objectif de cette société de défense des animaux en Suisse romande est de mettre fin à la maltraitance des animaux, de soutenir le droit des personnes à être à l’abri de l’exploitation animale et de promouvoir les droits des animaux dans le monde. Ils croient en l’importance des droits des animaux et des droits de la nature. Leurs efforts visent à empêcher l’exploitation animale dans les fermes, dans les laboratoires et dans l’industrie de la viande. En travaillant ensemble, les groupes de défense des animaux peuvent aider à préserver l’équilibre naturel de la faune et à augmenter leur nombre dans les habitats qu’ils habitent.

 

Les animaux ont toujours fait partie du paysage de ce pays. Les fermes ont toujours fourni des animaux pour l’agriculture, l’élevage et la chasse. La demande de viande a conduit au développement de races bovines plus fortes et plus grandes. Cela a également conduit à la surexploitation des animaux dans l’industrie de la viande. Les militants des droits des animaux veulent maintenant voir la fin de l’exploitation des animaux à des fins alimentaires.

 

Le groupe a également demandé que le commerce d’animaux à des fins commerciales ne soit pas autorisé. Par exemple, des sangliers sont recherchés pour le commerce des fourrures. Ils disent que cette pratique détruit le sol où vivent ces animaux et met leur vie en danger. En Suisse romande, des groupes de défense des animaux ont également émis des revendications similaires.

 

L’existence de la société de défense des animaux en Suisse romande est un défi pour les chasseurs et les fourreurs qui utilisent ces animaux pour leurs produits. Les militants des droits des animaux ont appelé les autorités à interdire l’importation et le commerce de ces animaux. Ils pensent également que les chasseurs n’ont pas vraiment besoin de chasser ces animaux car ils offrent une très faible valeur. Seuls quelques chasseurs et fourreurs achètent leurs produits pour les vendre dans d’autres pays où leur viande a une valeur beaucoup plus élevée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *