Actualité Finance

Qu’est-ce qu’une restriction contractuelle?

contrat
contrat

Qu’est-ce qu’une restriction contractuelle?

Une contrainte contractuelle fait référence à une restriction énoncée dans un contrat ou un accord qui impose aux parties à un contrat des limites quant à ce qu’elles peuvent faire. Ces limitations sont généralement appelées dispositions ou conditions contractuelles. Bien que bon nombre des dispositions contractuelles contenues dans les contrats commerciaux ne soient pas juridiquement contraignantes, elles peuvent tout de même servir d’outils puissants pour aider à protéger à la fois l’entreprise et la personne travaillant dans le cadre du contrat. Afin de comprendre pourquoi une stipulation de contrat particulière est considérée comme une restriction contractuelle, il est nécessaire d’examiner chacun de ces types et de comprendre leurs objectifs.

 

Le premier type de restriction contractuelle est une garantie de bonne fin. Généralement utilisée dans un contrat de fusion ou d’acquisition, cette forme de restriction contractuelle empêche l’individu ou l’entreprise qui fait des affaires d’exécuter une partie de la transaction jusqu’à ce que le contrat de travail soit terminé et qu’ils soient libres de le faire. En règle générale, une caution de bonne fin est placée sur les personnes détenant le contrat initial à cette fin. Bien que ce formulaire soit généralement considéré comme une garantie, il peut également servir de moyen de protéger l’entreprise.

 

Le deuxième type de restriction est un accord contraignant. Comme son nom l’indique, ce formulaire est conclu par les deux parties à la transaction, qui s’obligent mutuellement à conclure un accord contraignant pour préciser les spécificités du contrat. Les détails sont dictés par le contrat lui-même et le contrat individuel avec l’autre partie s’engage à respecter ses termes. Ce formulaire diffère d’un cautionnement d’exécution en ce qu’un accord contraignant ne protège généralement pas l’entreprise contre la responsabilité à moins que le contrat lui-même ne soit considéré comme défectueux. Cependant, l’accord contraignant peut toujours fournir une protection pour l’entreprise, empêchant les réclamations de tiers contre l’entreprise en cas de rupture de contrat ou de fausse déclaration de la part de l’employé ou de l’entreprise.

 

Le troisième type de contrainte est un contrat de travail. Les contrats de travail sont souvent utilisés comme un moyen de restreindre la capacité d’un employé à adopter certains comportements. Plus précisément, de tels accords peuvent préciser les types d’actions qui ne sont pas autorisées au travail. De plus, ils peuvent préciser les périodes maximales d’emploi, ou le maximum et la durée de l’indemnité de départ qui sera versée. Une telle retenue garantit également que l’entreprise est protégée contre les préjudices si un employé se livre à une activité illégale ou nuisible.

 

Il existe une variété de stratégies de restriction contractuelle à la disposition des propriétaires d’entreprise. Dans certains cas, il peut n’y avoir aucune restriction juridique, auquel cas la situation peut être qualifiée de pratique d’emploi déloyale. Cependant, les employeurs ont toujours la responsabilité d’enquêter et de présenter une situation sous un jour raisonnable à leurs employés potentiels. Dans ce cas, l’employeur doit prendre des mesures pour s’assurer que toute contrainte est raisonnable. Dans d’autres cas, il peut y avoir une restriction légale, mais l’employeur a la responsabilité de déterminer si elle est juridiquement contraignante.

 

Le harcèlement est un exemple courant de restriction contractuelle sur le lieu de travail. Si vous avez harcelé un employé, l’employeur a probablement l’obligation légale d’empêcher la poursuite de la conduite. Cependant, s’ils ne le font pas, ils peuvent être tenus responsables de dommages-intérêts, que l’employé ait ou non commis une conduite fautive. De même, il peut y avoir une restriction contractuelle lorsqu’un employeur ne fournit pas d’indemnités d’accident du travail adéquates à un employé qui a été blessé au travail. Un employé doit d’abord prouver que la conduite de l’employeur constitue une négligence avant de récupérer des dommages-intérêts de sa part.

 

Comme vous pouvez le voir, il peut y avoir de nombreux scénarios différents qui peuvent nécessiter une évaluation de l’existence d’une restriction dans votre relation de travail. La question clé est de savoir s’il y a violation d’un principe fondamental du droit du travail – que chaque employé devrait bénéficier d’une rupture de contrat une fois qu’il a atteint la durée convenue de l’emploi. Dans les cas où un employé rencontre un problème de lieu de travail qui le pousse à demander une pause dans la durée de son emploi, il peut avoir des motifs légitimes de demander cette pause. Mais en cas de manquement à la promesse de continuité d’emploi, l’employeur peut très bien violer son devoir de loyauté envers l’employé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *