Actualité Finance

Exportation de la culture

Exportation de la culture

Pourquoi l’exportation de la culture est bonne pour l’Amérique

La culture d’exportation identifie le côté positif de l’exportation. En exportant, les entreprises bénéficient de l’avantage comparatif qui provient d’avoir des coûts fixes plus faibles que leurs concurrents locaux, ce qui se traduit par des ventes plus élevées pour eux. En outre, l’exportation encourage un régime d’échange plus flexible – un dans lequel les pays peuvent choisir d’acheter et de vendre des biens dans la monnaie de leur choix et peuvent ainsi exercer leurs droits de libre-échange. Cela conduit à une intégration accrue en termes de normes, de prix, de technologie et de conditions d’investissement. Tout cela s’ajoute à une économie mondiale plus réussie, moins encombrée et ouverte.

 

Alors, pourquoi devons-nous développer un tel système? Pour commencer, sans cela, nous courons le risque de manquer de nombreuses opportunités émergentes, sinon, seraient facilement accessibles pour nous. Par exemple, de nombreux pays en développement commencent à libéraliser leurs marchés internes, d’ouvrir des opportunités pour les entreprises locales à vendre des produits et des services localement. Bien que ce soit un grand développement, il vient avec certains inconvénients. L’un de ces inconvénients est la pénurie d’une manière efficace et efficiente de garder un œil sur le marché du secteur interne.

 

On dit souvent que l’exportation conduit notre croissance. Toutefois, bien que cela aide effectivement, sans le soutien nécessaire de l’exportation, nous risquons d’être laissés en arrière, en ayant d’abord rattraper le marché émergent. Manque de connaissances sur l’endroit où chercher et comment le faire n’est que l’un des nombreux obstacles auxquels sont confrontés les exportateurs. C’est là qu’une culture d’exportation entre en place.

 

Une forte culture d’exportation peut récolter des récompenses non seulement pour les fabricants nationaux, mais également pour les industries entières. Prenons par exemple l’industrie automobile. Si vous regardez en arrière au cours des 20 dernières années, seuls peu de secteurs ont bénéficié de la croissance cohérente et fiable – pas l’industrie automobile, l’exploration pétrolière, etc. Les producteurs automobiles se sont appuyés sur des fournisseurs étrangers pour presque toutes leurs matières premières, leurs équipements et leurs produits finis. L’industrie automobile dépend des investissements directs étrangers – ce qui signifie des niveaux de productivité élevés, un retour rapide sur investissement et une base d’exportation diversifiée.

 

Plus important encore, la culture d’exportation peut aider à préserver les emplois aux États-Unis. Étant donné que l’économie américaine dépend autant de biens importés, ses citoyens sont confrontés à des menaces et de la concurrence constantes de l’étranger. Lorsque des travailleurs perdent leur emploi aux États-Unis à des travailleurs moins chers dans d’autres pays, le pays est blessé. Mais quand une entreprise décide de développer et de fabriquer ses propres produits au lieu d’acheter de l’étranger, cela permet non seulement d’économiser de l’argent mais crée également plus d’emplois. Donc, avant de condamner une entreprise pour l’exportation d’emplois, il convient de prendre en compte les aspects positifs de ce type de stratégie.

 

Il existe plusieurs façons d’encourager les entreprises américaines à développer et à fabriquer leurs propres produits plutôt que d’acheter de l’étranger. Une telle mesure est d’améliorer notre déficit commercial avec d’autres pays. Nous devrions développer de meilleures relations avec nos fournisseurs et commencer à échanger librement avec eux. Les accords de libre-échange bilatéraux gratuits et louables sont possibles grâce à l’Organisation mondiale du commerce et d’autres organismes régionaux. Une économie américaine florissante a besoin d’une bonne quantité d’exportations et a beaucoup besoin d’investissements étrangers pour stimuler la compétitivité. Ces facteurs peuvent être provoqués par une infrastructure améliorée, une meilleure technologie et une libéralisation.

 

Plus les entreprises américaines fabriquent leurs propres produits, plus les touristes étrangers vont visiter les États-Unis. C’est une bonne chose pour le tourisme, car cela signifie plus d’argent pour l’industrie de l’hôtel. Si l’industrie de l’hôtel rend plus d’argent de touristes en visite aux États-Unis, les propriétaires des hôtels bénéficient de plus d’argent du loyer qu’ils reçoivent de leurs invités. C’est une situation gagnant-gagnant pour tous.

 

En outre, une augmentation des investissements étrangers signifie davantage d’emplois et des salaires plus élevés pour les travailleurs des États-Unis qui ont été formés dans des domaines spéciaux pour la production de ce type de produits. C’est une combinaison de tous les éléments. Il n’est pas étonnant que le peuple américain appuie les exportations. Tout comme ils l’ont fait pendant la grande dépression, ils veulent voir une fin au déficit commercial car ils savent que cette tendance mènera à moins de prospérité pour tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *