Actualité Finance

Qu’est-ce que le financement participatif ?

Qu'est-ce que le financement participatif

Qu’est-ce que le financement participatif ?

Qu’est-ce que le financement participatif ? Il s’agit d’une théorie financière qui suggère le principe de base suivant : Les institutions publiques, comme les banques, contribuent au bien-être public en agissant comme prêteurs auprès de groupes d’individus ou d’organisations qui ont réduit leur risque fiscal grâce au remboursement de leurs dettes ou à d’autres options d’investissement judicieuses. Le concept n’est pas entièrement nouveau. Pendant des décennies, les institutions publiques ont travaillé avec le concept d’octroi de crédit aux personnes dans le besoin et les institutions privées ont également pris l’habitude de mettre en commun leurs ressources pour d’autres projets. Toutefois, la situation est différente aujourd’hui avec l’avènement de la consolidation de la dette et des plans de relance gouvernementaux.

La consolidation de la dette consiste à remplacer une seule dette par un certain nombre de dettes plus petites, toutes gérées par un seul prêteur. L’idée est que les prêteurs peuvent mettre en commun les ressources pour un projet, ce qui permet de réduire le taux d’intérêt et d’allonger la période de remboursement pour l’utilisateur final. Les plans de relance des gouvernements rendent désormais les choses encore plus intéressantes, puisqu’ils offrent des prêts à des groupes qui n’auraient pas pu se les permettre autrement. Tout cela semble positif pour ceux qui participent au financement participatif.

Ce type de prêt est différent des prêts bancaires classiques, car il implique une prise de risque. Les risques impliquent la réduction du montant d’argent disponible pour les organisations. En d’autres termes, le prêteur participatif accepte la possibilité que l’argent prêté ne soit pas remboursé. En même temps, ces institutions n’assument pas le risque réel de perdre de l’argent.

Ces prêts sont accordés à des organisations ou à des particuliers qui ne seraient pas en mesure d’obtenir un crédit autrement. Par exemple, dans ce cas, l’emprunteur reçoit un crédit et rembourse ses autres dettes. Le crédit est alors partagé entre les différentes entités. Le concept de finance participative s’est fait connaître par le biais de tels mécanismes. La Banque fédérale de réserve, les banques centrales de certains pays, la Small Business Administration, les comités du Congrès qui supervisent les activités de Fannie Mae et Freddie Mac, et l’Agence fédérale de financement du logement sont quelques-uns des organismes qui prêtent de l’argent par le biais de ce système.

La fonction première de cette forme de financement est de fournir des crédits aux organisations qui en ont besoin sans qu’elles aient à recourir à un financement extérieur. L’argent ainsi fourni par les banques et autres institutions a deux objectifs. Premièrement, il permet aux entreprises et aux particuliers d’obtenir le crédit dont ils ont besoin. L’argent ainsi fourni peut les aider à acheter des matières premières, à payer le coût des équipements et de la construction, et même à couvrir leurs dettes. L’argent ainsi octroyé contribue à assurer la croissance de l’entreprise.

Deuxièmement, cette forme de prêt permet aux participants au programme d’exercer un contrôle sur la manière dont leur argent est utilisé. En limitant le nombre de prêts qui peuvent être accordés, l’institution de prêt veille à ce que la distribution des fonds ne provoque pas une trop grande concurrence entre les institutions de prêt. Avec un accès plus limité au crédit, une entreprise ou un particulier est en mesure de s’assurer que seul le montant nécessaire est prêté. Grâce au financement participatif, les individus et les organisations ont plus de contrôle sur la façon dont l’argent est dépensé plutôt que de dépendre simplement des institutions de prêt établies.

Ces systèmes diffèrent des prêts bancaires traditionnels à bien des égards. Contrairement aux prêts, qui sont accordés sur la base de la solvabilité, ces programmes ne sont pas basés sur la capacité de remboursement de l’emprunteur. Au contraire, ce qui est un financement participatif est mis à la disposition de ceux qui ont besoin d’un crédit mais qui n’ont pas les moyens de le rembourser. Il peut s’agir de personnes vivant dans la pauvreté qui ne sont pas en mesure de remplir leurs obligations de remboursement en fonction de leurs revenus. Lorsque le besoin est réel mais que les moyens de le satisfaire ne sont pas disponibles, les banques peuvent toujours fournir le crédit requis par le biais de divers dispositifs qui consistent à accorder des crédits aux entreprises ou aux particuliers, à former des partenariats ou à offrir des garanties de crédit.

Le financement participatif trouve ses racines dans la pratique de l’économétrie participative, qui est l’étude des mécanismes du marché financier. Cette discipline s’applique également aux instruments non financiers, tels que les assurances et les obligations. Au cours des années 1970, William Taylor a appliqué avec succès les théories de l’économétrie participative pour montrer que les prix du marché ont tendance à être stables s’ils sont basés sur la demande et l’offre des actifs sous-jacents. Cela a ensuite donné naissance au concept de “consommation planifiée”, qui consistait à adopter une stratégie de prévision de l’offre de monnaie dans un pays et du calendrier des achats et des ventes afin d’ajuster la structure de la masse monétaire en fonction des objectifs économiques. Bien que les idées de Taylor aient été reprises et intégrées par les monétaristes, la plupart des économistes traditionnels ont rejeté son approche et ont estimé que la consommation planifiée limitait les possibilités de croissance et d’investissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *