Actualité Finance

Les autorités locales doivent réfléchir sérieusement

Les autorités locales doivent réfléchir sérieusement

Les autorités locales doivent réfléchir sérieusement aux opinions des jeunes

Pourquoi est-il important d’avoir une bonne conversation sur l’intégration sociale dans les écoles avec les jeunes? Quels sont les objectifs de ces conversations et comment mesurer leur succès? Il y a eu récemment beaucoup de discussions sur le manque de diversité dans les écoles et les collèges. Tout cela va-t-il inciter les jeunes à ne pas participer à de telles classes parce qu’ils ne se sentent pas en sécurité ou valorisés? Les gouvernements locaux et les administrateurs scolaires ne parviennent-ils pas à envoyer le bon message sur l’intégration?

 

Les opinions exprimées par les éducateurs, les administrateurs scolaires et les parents doivent être examinées. Il est facile de consulter des données, telles que le nombre de nouveaux étudiants qui quittent l’école sans avoir terminé leurs études. Mais est-ce nécessairement le signe d’un système éducatif médiocre? Les jeunes peuvent avoir toutes sortes de problèmes, ce qui peut avoir des conséquences négatives pour leur avenir.

 

Les statistiques sur la race et l’ethnicité montrent qu’il y a des écarts dans les performances entre les races et les ethnies dans presque toutes les catégories. Cela signifie qu’il existe des écarts de performance entre les différents groupes, même en matière d’intégration sociale dans les écoles. Les opinions des jeunes ne sont pas nécessairement influencées par la race et l’appartenance ethnique, mais leurs perspectives d’intégration sociale peuvent l’être. Cela signifie que nous devons continuer à examiner ces questions.

 

Envoyons-nous le message que les jeunes ont moins de valeur? Pouvons-nous attendre davantage de nos gouvernements locaux et de nos conseils municipaux en matière d’intégration? La diversité que certains prétendent exister est-elle vraiment vraie? Les jeunes peuvent-ils vraiment accomplir plus grâce à la diversité et à l’intégration culturelle que les autres? Certains disent que la diversité créée par la plupart des conseils municipaux et des écoles et affichée lors des événements de la ville est un échec complet.

 

Redéfinissons-nous l’adolescence comme une période où les jeunes doivent assumer la responsabilité de leur propre croissance? Nous redéfinissons l’enfance. Et nous devons examiner cela d’une manière très critique. Le système actuel de structures de gouvernance pour les jeunes en Grande-Bretagne n’est plus efficace. Cela a été souligné par un rapport récent préparé par les universités de Bristol et le London College of Education.

 

Le rapport indique que l’engagement civique des jeunes est avant tout une question de social plutôt que de universitaire. Et on dit que cela a très peu changé au cours des dernières années. Les jeunes sont plus actifs que jamais sur le plan social et attendent davantage de leur secteur public. Mais les autorités locales livrent-elles? Le gouvernement a-t-il pris des mesures pour s’assurer qu’un nombre suffisant de jeunes se retrouvent dans les coulisses? At-il créé de nouveaux cadres et mécanismes pour encourager les jeunes à s’engager davantage avec leurs communautés?

 

Les auteurs du rapport pensent qu’il y a encore place et possibilité d’améliorer le système pour les jeunes. Ils estiment qu’une combinaison d’une meilleure éducation et d’un meilleur développement, ainsi que de plus de possibilités d’expérience professionnelle et de formation professionnelle sera nécessaire pour changer les attitudes et les comportements. Et cela doit se produire dans les communautés défavorisées où certains enfants vivent dans des conditions difficiles. C’est le moment où les parents peuvent vraiment faire quelque chose pour leurs enfants. Si vous avez les bonnes idées derrière vous, le gouvernement local peut trouver l’argent nécessaire pour que tout se réalise.

 

Il est clair que les opinions des jeunes sur le gouvernement local changent. Et il est vrai que les autorités locales doivent en tenir compte si elles veulent survivre en tant qu’organisations qui non seulement fournissent des services, mais avec lesquelles les gens doivent faire confiance et se sentir à l’aise. Si ce n’est pas le cas, il est peu probable que ces personnes se présentent aux urnes la prochaine fois. Mais ils pourraient voter avec leurs pieds.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *