Actualité Finance

Qu’est-ce qu’une politique économique anticyclique?

Qu'est-ce qu'une politique économique anticyclique

Qu’est-ce qu’une politique économique anticyclique?

Une politique économique anticyclique est un terme qui décrit toute mesure qui tente de contrebalancer les effets négatifs d’une politique économique anticyclique. Dans une politique anticyclique, une hausse de la demande globale est compensée par une baisse des dépenses publiques et des taux d’intérêt. Cette approche est généralement utilisée pour atténuer les effets d’une crise financière mondiale soudaine ayant un effet négatif sur l’économie. L’utilisation de cette politique est parfois utilisée comme un outil pour faire face au risque de hausse de l’inflation et de pénuries croissantes face à un environnement économique en mutation.

 

Une politique budgétaire anticyclique peut être adoptée comme moyen de faire face aux risques à la baisse associés à tout type de politique budgétaire. Dans le cas du gouvernement, il peut être utilisé pour faire face aux risques à la baisse qui découlent du potentiel d’augmentation des dépenses en raison d’une inflation plus élevée que souhaitée. La même approche peut être appliquée au côté monétaire de l’équation. En fait, une expérience à grande échelle de politique budgétaire anticyclique a été menée au début de cette décennie pour tester les prédictions théoriques de l’école de pensée monétariste.

 

Les résultats de cette expérience ont été assez extraordinaires car ils ont révélé que même les mesures les plus agressives prises par la Réserve fédérale (Fed) pour tenter de relever le taux d’intérêt n’étaient pas efficaces pour maintenir les taux à long terme à des niveaux historiquement bas. Les résultats de cette étude sont communément cités comme un témoignage retentissant des limites des affirmations faites au nom de l’efficacité de l’école de pensée monétariste. L’échec de la pratique passée consistant à s’appuyer sur la vigueur des taux directeurs officiels pour justifier une croissance excessive du crédit est largement reconnu par un large éventail de penseurs économiques.

 

Cependant, il est également logique de reconnaître qu’il y aura des moments où une position trop agressive de la Réserve fédérale sera nécessaire pour lutter contre l’endettement excessif des ménages ou le ralentissement de la croissance économique. Une politique budgétaire anticyclique ne peut être considérée comme une option que lorsque les indications d’une correction imminente de la trajectoire de l’inflation ou des taux d’intérêt sont généralisées. Dans de tels moments, le souci de la soutenabilité de la dette nationale sera justifié. Même dans ce cas, cela reste une simplification exagérée des problèmes complexes entourant la viabilité d’une politique budgétaire anticyclique. Plus communément, une approche rationnelle des problèmes de dette élevée et de croissance économique atone consiste à réorienter la politique monétaire loin des politiques actuelles et vers une orientation plus flexible vers des objectifs à court terme.

 

L’un des problèmes fondamentaux de l’approche adoptée par les monétaristes, telle qu’adoptée par feu George Kennet Nye et bien d’autres, est l’hypothèse selon laquelle toute augmentation de la demande globale s’accompagne automatiquement et nécessairement d’une augmentation de l’emploi. Par conséquent, la courbe d’offre est mal interprétée comme indiquant une tendance positive du pouvoir d’achat global. Les effets sur l’emploi de toute hausse de la demande globale sont donc totalement illusoires, car l’augmentation associée des salaires réels est compensée par la hausse des coûts du chômage. Comme pour tout concept fondé sur des dépenses de revenu discrétionnaires, l’impact sur l’emploi de l’augmentation des dépenses globales est principalement réalisé par les ménages ayant des capacités accrues de pouvoir d’achat. Les ménages ne peuvent augmenter leurs capacités d’achat que s’ils ont une valeur nette plus élevée. Cela signifie que les augmentations des dépenses globales ne sont pas automatiquement associées à des augmentations de l’emploi.

 

Pour comprendre le lien entre les dépenses publiques et l’emploi, il est important de comprendre que les deux ne sont pas égaux. Les dépenses publiques excessives, ou les déficits budgétaires, ne conduisent pas à une augmentation de l’emploi à moins qu’il y ait un ralentissement de l’économie dans son ensemble. Au contraire, une baisse de la demande globale conduit à une baisse de l’emploi car l’augmentation de la capacité d’investissement et d’épargne réduit la capacité de consommation publique. Il est important de noter que toute réduction de la demande globale s’accompagne généralement de baisses du taux d’intérêt et d’augmentations du prix de l’immobilier car les fonds excédentaires désormais disponibles pour le prêt représentent un coût d’opportunité. En effet, une économie plus faible impliquerait une baisse des impôts et une baisse correspondante des dépenses publiques.

 

Pour atteindre le niveau souhaité de demande globale et réduire les risques de ralentissement de l’économie, une politique budgétaire anticyclique doit être correctement mise en œuvre. La combinaison appropriée d’assouplissement et de protection des politiques devrait être utilisée pour atteindre un niveau de plein emploi. L’inflation est généralement une bonne mesure de la stabilité macroéconomique. L’inflation est étroitement liée au chômage et l’inflation est également susceptible de diminuer lorsque l’économie se rapproche du plein emploi. Par conséquent, une politique budgétaire expansionniste peut être utilisée pour compenser tout effet de resserrement que l’assouplissement ou la protection des politiques pourrait entraîner.

 

La principale raison pour laquelle une politique budgétaire anticyclique est nécessaire est qu’elle déplace l’équilibre de la politique budgétaire de la position accommodante et la fait évoluer vers une position plus expansionniste. L’inflation est souvent le prix d’une faible demande globale. Une baisse de la demande globale implique une baisse des recettes fiscales et des dépenses publiques en titres à revenu fixe et en programmes gouvernementaux comme Medicaid et Medicare. Lorsque les recettes fiscales chutent plus que l’augmentation de la demande globale, le plan de relance est retiré, ce qui augmente le taux de chômage et donc les impôts payés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *