Actualité Finance

Agence de l’environnement de la Suisse

Agence de l'environnement de la Suisse

Agence de l’environnement de la Suisse

En 2007, la Conférence des Nations Unies sur l’Organisation mondiale du tourisme (OMC) a déclaré l’Etat de Genève comme la première destination touristique au monde. Il n’est pas seulement considéré comme un symbole de reconnaissance pour la paix et la sécurité, mais symbolise également les valeurs que l’État membre considère comme l’idéal du tourisme. Un montant considérable a été investi pour la promotion de Genève tout au long de l’année, comme en témoignent les nombreuses publicités des voyagistes, des agents de voyages et des brochures de voyage publiées par différentes associations représentant les voyageurs et l’État de destination de la Suisse. Cela a inspiré plusieurs touristes à envisager de se rendre à Genève.

 

Il existe plusieurs organisations internationales et intergouvernementales qui travaillent avec diligence pour le développement durable dans cette partie du monde. Le gouvernement suisse a joué un rôle de premier plan dans la préservation de son environnement pour les générations futures. En conséquence, il existe plusieurs programmes conçus pour promouvoir le développement du tourisme durable à Genève et dans d’autres villes du pays. Parmi ces programmes figurent la Stratégie du tourisme international de Genève, le Programme de formation à l’environnement de Genève, le Centre de formation à l’environnement et au développement durable de Genève, la Journée de l’environnement de Genève et le Forum de Genève sur le développement durable. L’Organisation internationale du tourisme (ITO) et l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) fournissent une assistance technique et un soutien pour promouvoir le développement du tourisme durable dans la région.

 

Il existe plusieurs organisations internationales et agences gouvernementales dédiées à la promotion du développement durable. Parmi eux figurent le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), le Fonds mondial pour la nature (WNF), le Programme mondial pour les légumes (WVP), l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et le Fonds pour l’environnement mondial (GFE). Le Fonds pour l’environnement mondial est un programme des Nations Unies qui vise à protéger et à préserver les écosystèmes, les animaux et les habitats du monde. Grâce à ce programme, certaines des personnes et des environnements les plus vulnérables du monde sont aidés à atteindre un développement durable. Plusieurs organisations internationales comme le World Wildlife Fund travaillent à la conservation de la faune et de ses habitats.

 

Dans le cadre de la Déclaration de Genève des droits environnementaux (DEDECOM) et du Programme mondial de coopération environnementale (WPP) du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), le gouvernement suisse a créé l’Agence de surveillance environnementale (EMA) pour la région de Genève. Le gouvernement suisse est également impliqué dans la mise en œuvre de l’approche intégrée pour le développement durable qui englobe tous ses instruments politiques, politiques et stratégies. Par exemple, le pays a été un fervent partisan du concept de «croissance verte», qui vise à promouvoir la protection de l’environnement aux niveaux national et régional. Le pays a également mis en œuvre un plan d’action pour la certification des forêts qui comprend un engagement à améliorer l’état des forêts du monde et à accroître leur biodiversité grâce à la mise en œuvre de mesures qui protègent l’arbre du patrimoine mondial, l’orangutang-outan. Le pays s’est également engagé envers l’Accord sur le réchauffement climatique, observant que «la biodiversité écologique est l’un des moteurs du développement durable».

 

Le gouvernement suisse a également adopté une politique pour une « Europe de la croissance verte » qui met l’accent sur les mesures de protection de l’environnement et de promotion de la croissance verte dans tout le pays. Il a adopté une politique qui soutient l’intégration des technologies vitales pour l’utilisation efficace des énergies renouvelables et met l’accent sur le rôle de l’environnement dans le développement de l’économie. Le but du cantonal de l environnement est d’assurer l’équilibre écologique et social et la qualité de l’écosystème. Le but de la Déclaration des droits environnementaux de Genève est d’assurer la qualité écologique des écosystèmes et de promouvoir des mesures de protection de cette qualité.

 

Conformément à ces politiques, il est nécessaire de mettre en œuvre un système efficace de surveillance environnementale qui collecterait des données sur la qualité de l’environnement, sur la réduction des risques environnementaux et sur la capacité des écosystèmes à assurer un équilibre écologique. À cette fin, les instruments de Genève pour la surveillance de l’environnement (GIEM) ont été développés. L’Agence de surveillance environnementale du canton de Genève est chargée de la coordination du système de surveillance de la région genevoise.

 

L’Agence de surveillance environnementale de la région genevoise recueille toutes les données concernant la qualité de l’environnement, la réduction des risques environnementaux et la capacité des écosystèmes à assurer l’équilibre écologique. Les données collectées sont mises à la disposition du Secrétariat du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Le Secrétariat aux questions environnementales recueille, authentifie et diffuse toutes les informations qu’il trouve concernant la qualité de l’environnement, la réduction des risques environnementaux et la capacité des écosystèmes à assurer un équilibre écologique. Ces informations sont essentielles pour la formulation de politiques liées aux questions d’environnement.

 

Le Secrétariat aux questions d’environnement apporte également un appui technique au canton pour la mise en œuvre de sa politique de surveillance de l’environnement. La politique définit les procédures et les critères de suivi, les rapports et analyses qui seront obtenus du Secrétariat et la politique spécifie sur quoi il faut faire rapport. Le Centre de Genève pour la surveillance de l’environnement (GCEM) de l’Université de Genève est le centre de coordination de toutes les politiques liées à la surveillance de l’environnement dans la région de Genève. Il existe de nombreux autres organismes dans le domaine qui mènent également des activités de recherche et de suivi des politiques. Par conséquent, en plus du Centre de surveillance de l’environnement de Genève, il existe d’autres organes dans la région tels que le Comité des régions, les collectivités territoriales, les cantons et les communes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *