Actualité Finance

Bayer conclut un accord important avec les plaignants américains dans le cadre d’un litige sur le glyphosate

Bayer conclut un accord majeur avec les plaignants américains dans le cadre d’un litige sur le glyphosate

Bayer a conclu un accord sur une partie cruciale de son accord de plusieurs millions de dollars sur le glyphosate avec des plaignants américains après un long différend. La société pharmaceutique et agrochimique basée à Leverkusen a annoncé mercredi soir l’avancement des négociations sur la façon de gérer les futures poursuites aux États-Unis, alléguant les risques de cancer liés à l’herbicide Roundup contenant du glyphosate. Il a déclaré qu’un accord formel avait été conclu avec les avocats des plaignants, y compris un engagement de 2 milliards de dollars (1,7 milliard d’euros). Bayer avait déjà mis de l’argent de côté pour l’année écoulée.

Des litiges juridiques sur le glyphosate ont surchargé le groupe Dax avec l’acquisition du géant américain des semences Monsanto en 2018 pour plusieurs milliards de dollars. Puis, en juin dernier, Bayer avait déjà accepté un accord global avec de nombreux plaignants américains, mais a ensuite été rejeté sur un point important par le juge américain responsable. En conséquence, l’ensemble de l’accord semble à nouveau menacé. Bayer et les avocats des plaignants ont maintenant révisé cette partie de l’accord et l’ont resoumis pour approbation par le juge fédéral Vince Chhabria. De nombreux procès américains lui sont liés.

Si le juge approuve les nouvelles propositions des plaignants, on pourrait soutenir qu’il pourrait enfin régler la plupart des différends américains qui ont suivi l’acquisition de Monsanto pour environ 63 milliards de dollars. Proposition coûteuse, l’accord de règlement coûterait à la société Leverkusen environ 11,6 milliards de dollars (près de 10 milliards d’euros), dont 9,6 milliards de dollars pour les poursuites existantes. Cependant, les investisseurs ont accueilli favorablement la perspective d’une fin imminente de l’entreprise. Le cours de l’action Bayer a d’abord augmenté d’un bon 2% à la fin de la séance de Francfort.

Chhabria a particulièrement critiqué l’une des propositions de la société: créer un groupe scientifique indépendant pour traiter de futures poursuites liées au glyphosate. Le juge a mis en doute la légalité d’une telle solution et l’a classée comme un inconvénient pour les futurs demandeurs potentiels. Bayer a souligné à plusieurs reprises l’importance de cette pièce du puzzle de la colonisation pour l’entreprise dans son ensemble. Le groupe est maintenant convaincu qu’il a résolu les objections de Chhabria. « Les parties ont traité avec diligence les questions précédemment soulevées par le tribunal avec l’accord révisé », a déclaré Bayer.

L’accord comprend un fonds à partir duquel les candidats éligibles potentiels recevront initialement des indemnités au cours des quatre prochaines années. En outre, un groupe consultatif scientifique sera créé dont les conclusions, bien que non contraignantes, pourront être utilisées comme preuve dans de futurs litiges impliquant des candidats de ce groupe. De plus, un programme complet est prévu pour divulguer l’accord aux futurs demandeurs. Certains programmes de recherche et ressources de diagnostic qui faisaient déjà partie du règlement d’origine ont également été préservés. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.