Actualité Finance

La Confédération en bref

La Confédération en bref

La Confédération en bref – Une brève histoire

La préface peut-être la plus importante à la confédération en bref historique est le fait qu’il n’y a jamais eu une seule nation impliquée. Les nations étaient plutôt un amalgame de personnes. Le concept d’un «grand Canada» n’a jamais été sérieusement envisagé, et la confédération n’a pas non plus tenté de créer une quelconque identité nationale. Les articles d’Union envisageaient un gouvernement fédéral avec un pouvoir centralisé, une monnaie et le pouvoir de taxer et de réglementer le commerce.

 

Au fil du temps, des partis politiques spécifiques ont émergé avec des opinions politiques différentes représentant les intérêts des différents syndicats et groupes au sein de la confédération. Cela a conduit aux arguments actuels sur la nature de la confédération. Il existe de nombreuses théories sur la véritable relation entre le gouvernement canadien et le Sénat, la Chambre des communes et les provinces. La version la plus largement acceptée de cette histoire est que la véritable association constitutionnelle venait de la Chambre des communes et que le véritable parti politique représenté était les libéraux dans les premiers jours avant la création officielle de la confédération. Il s’agit de la théorie politique la plus acceptée sur la véritable relation entre les Chambres du Parlement et la Chambre des communes.

 

Les libéraux et les conservateurs se gouvernaient chacun d’eux-mêmes. Le résultat a été un système hybride avec la Chambre des communes et le Sénat agissant comme deux organes distincts dotés de leur propre programme et de leurs pouvoirs politiques. Cela signifie que les deux chambres ne se sont jamais rencontrées que pour s’entendre sur certaines questions, et non pour imposer des politiques ou les décisions de l’autre chambre. Cette séparation a donné à la Chambre des communes un contrôle important sur le pays. Un grand parti politique ne peut avoir la majorité à la Chambre des communes que si un plus grand nombre de sièges est requis pour un gouvernement majoritaire.

 

C’est la Chambre des communes qui a en fait proposé l’idée de la confédération en bref historique. La Chambre des communes craignait que les provinces qui deviendraient la Nouvelle-Angleterre ne paient leurs parts et se séparent de la confédération. Ainsi, la Chambre des communes a estimé que toute l’idée était nécessaire pour protéger l’équilibre des pouvoirs entre le gouvernement britannique et le gouvernement américain. Ils espéraient qu’une union des treize provinces britanniques en une seule confédération créerait un État-nation plus fort.

 

Bien que l’idée de la confédération ait été adoptée par la suite par la Chambre des communes, de nombreux membres des deux chambres voulaient qu’elle soit développée davantage. Ils voulaient ajouter l’élément américain à l’idée et la rendre plus représentative. Ils voulaient que la Chambre des représentants ait un plus grand mot à dire sur la façon dont la confédération serait formée. Ils espéraient utiliser la Chambre des communes pour faire en sorte que les souhaits des élus locaux soient respectés lorsque viendra le moment de l’union des treize en une confédération.

 

Les statuts décrivaient clairement le fonctionnement de la nouvelle confédération et fixaient les règles selon lesquelles les conférences de délégués fonctionneraient. Les statuts donnent également à la Chambre des communes le pouvoir de proposer des résolutions aux conférences. Toutes ces stipulations ont essentiellement changé la façon dont les statuts fonctionnaient et ont donné aux Britanniques une période prolongée pour se décider sur la nature de la confédération. Comme il est devenu clair pour les Britanniques qu’ils avaient vraiment rejoint une confédération lâche des statuts a été changé en statuts.

 

Avec les statuts de l’Union, la confédération a été officiellement établie sous le nom des États-Unis d’Amérique. Les Articles d’Union comprenaient toutes les unités politiques des treize États d’origine ainsi que quelques autres qui se sont jointes à une date ultérieure. Bien que les articles d’Union n’aient pas changé le principe de base d’une confédération (une agrégation lâche d’unités politiques ayant des intérêts politiques communs), les articles d’Union ont rendu le processus de formation d’une confédération beaucoup plus facile et rationalisé le processus politique impliqué.

 

La formation de la confédération a marqué la fin de la lutte des treize États américains pour former une union politique libre. Bien qu’il y ait eu de graves problèmes qui nécessitaient des négociations avec une barre de fer, la confédération a réussi. Aujourd’hui, les États-Unis sont la seule nation au monde qui a largement réussi à mettre en place son système politique et les institutions qui l’ont accompagné. De la même manière, la création des États-Unis d’Amérique, les articles d’Union et la Constitution ont jeté les bases des unions politiques d’aujourd’hui.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.