Actualité Finance

Encore 400 millions de CHF de fonds Mubark en suisse

Fonds Moubarak: 400 millions de francs toujours bloqués en Suisse

Dix ans après la chute de Husni Moubarak, environ 400 millions de francs sont toujours saisis en Suisse. Des accusations de complot et de blanchiment d’argent sont toujours en cours contre cinq personnes, dont les deux fils de l’ancien homme fort et président égyptien, ainsi qu’une personne inconnue.

Le Conseil fédéral a immédiatement réagi aux soulèvements arabes de 2011 – le «printemps arabe» – et a ordonné le gel des avoirs du président égyptien déchu et des personnes politiquement exposées autour de lui en Suisse, à titre préventif. Au départ, environ 700 millions de dollars ont été gelés.

Les enquêtes sur le blanchiment d’argent et le soutien ou la participation à une organisation criminelle, menées par le procureur général suisse (OAG) depuis 2011, impliquaient initialement 14 suspects, a déclaré le BVG à l’agence de presse Keystone-SDA sur demande. Les avoirs de 73 autres personnes, 28 personnes et 45 personnes morales ont été gelés. 140 comptes bancaires ont fait l’objet d’une enquête.

Recul du Caire

Depuis 2011, le montant des avoirs gelés a été progressivement réduit suite aux annulations à la demande des autorités égyptiennes, qui ont conclu des accords dits de réconciliation en Égypte.

Ces accords, ainsi que divers acquittements ou décisions d’abandon des poursuites, ont aidé les tribunaux égyptiens à abandonner les affaires pénales qui pourraient être liées au gel des avoirs en Suisse.

  • L’ancien président égyptien Moubarak meurt
  • Un tribunal égyptien acquitte l’ancien président Moubarak
  • Après l’acquittement de Moubarak: qu’advient-il des avoirs gelés en Suisse?

Depuis que le Caire a abandonné les poursuites, le procureur suisse n’a plus pu prouver les activités de blanchiment d’argent en Suisse et a décidé de cesser d’enquêter sur plusieurs personnes, pour autant que les enquêtes menées en Suisse le confirment.

Remboursement de 32 millions de francs

Le 1er février 2018, la Suisse a restitué 32 millions de francs à l’Etat égyptien, qui appartenait à l’origine à l’homme d’affaires et ancien homme politique Ahmed Ezz, un remboursement rendu possible grâce à un accord de réconciliation entre le gouvernement égyptien et le confident de Moubarak à le temps. Ezz, un magnat de l’acier, a été reconnu coupable de corruption après la chute de Moubarak.

Les résultats de l’enquête suisse contre Ezz n’ont pas empêché le transfert. C’était la première fois que le bureau du procureur général suisse rendait des fonds gelés à l’État égyptien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *