Actualité Finance

La Fédération des syndicats exige un engagement accru des cantons dans la crise

La fédération syndicale demande aux Etats de s’impliquer davantage dans la crise 

L’Union syndicale suisse (USS) a appelé les cantons à agir rapidement pour éviter une récession durable. Des moyens financiers peuvent être utilisés pour cela. 

SGB ​​a analysé le budget de l’État pour 2021. Une étude publiée jeudi montre que la crise a déjà eu un impact sur les finances de l’Etat. En conséquence, les cantons réduisent les impôts de 1,67 milliard de francs suisses dans leurs budgets. Cependant, cela n’est pas seulement dû à la pandémie, mais aussi parce que de nombreux endroits ont révisé les lois fiscales des États. SGB ​​a critiqué dans un communiqué de presse: « Malheureusement, l’argent est souvent utilisé comme une opportunité pour relancer le concours de réduction de l’impôt sur le revenu ».

Le rapport montre également que neuf États prévoient que l’investissement net en 2021 sera inférieur à celui de l’année précédente. Il s’agit notamment de Soleure, de Berne, de l’Allgäu, de Saint-Gall et du Jura. Cependant, pour SGB, cette politique d’investissement dans la crise n’est « qu’une politique à courte vue, qui peut avoir des conséquences désastreuses ». La communication a continué que les États doivent agir immédiatement et remplir leur rôle de stabilisateurs, et non réduire les dépenses ou réduire les impôts sur les sociétés. Cependant, l’analyse montre que les investissements varient considérablement d’un État à l’autre. Dans les états de Glaris, Vaud et Schwyz, l’investissement net prévu a augmenté de plus de 20%.

L’État devrait prendre davantage de mesures pour garantir l’emploi 

Le rapport montre qu’avant l’éclatement de la crise, le total des actifs nets des États était proche de 40 milliards de francs suisses. Cela rend les déficits budgétaires structurels acceptables pour presque tous les États. Cependant, selon l’analyse, la baisse des actifs à 4,83% du PIB prévu pour 2021 est «très modérée». Selon la Fédération des syndicats, les États ont la capacité de fournir plus de financement que les plans pour soutenir les secteurs fragilisés par la crise.

SGB ​​a poursuivi que certains États avaient annoncé des mesures ambitieuses. Elle a cité un exemple de la décision du canton de Vaud d’augmenter les allocations de chômage partiel pour les industries concernées par des restrictions. Cependant, la situation globale n’est pas satisfaisante. Il a conclu que non seulement le fédéral, mais aussi les États doivent contribuer au maintien des emplois et à la garantie des salaires à l’avenir. Il a dit que la politique attentiste était économiquement dangereuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.