Actualité Finance

LE CONSEIL FÉDÉRAL REJETTE LE PLAFONNEMENT DES SALAIRES DES CADRES FÉDÉRAUX

Le Conseil fédéral rejette le plafond salarial des cadres fédéraux

Les salaires des cadres supérieurs des entreprises fédérales ne devraient pas être limités par la loi. Le Conseil fédéral a rejeté un plafond salarial maximal de 1 million de francs et interdit les indemnités de départ. Bien que le Conseil fédéral estime que les salaires des cadres supérieurs des entreprises et des agences fédérales devraient faire l’objet d’un contrôle strict, a écrit le Conseil fédéral dans un communiqué publié mercredi. Cependant, les dispositions légales avancées par la commission de l’Assemblée nationale sont trop rigides.

Le Conseil fédéral a commenté la proposition du SPK-N. Par conséquent, la commission met en œuvre l’initiative parlementaire de l’ancienne parlementaire nationale Susan Lightneger Oberholzer (SP / BL). L’initiative appelle à imposer un plafond de jusqu’à un million de francs suisses par an aux cadres supérieurs ou aux conseils d’administration de sept grandes entreprises fédérales. Plus précisément, ce plafond sera fixé pour CFF, Ruag, Skyguide, Suva, SSR, Swisscom et Post.

Le Conseil fédéral estime qu’aucune action en justice n’est requise

Le communiqué a ajouté que le Conseil fédéral dispose d’outils suffisants pour contrôler la rémunération des cadres supérieurs et des agences de régulation des entreprises et des agences fédérales. Il peut également prendre des mesures correctives.

En outre, la direction du Conseil fédéral rendra également compte à la Délégation financière du Parlement fédéral en soumettant un rapport annuel sur les salaires. Le Conseil fédéral a également rejeté une interdiction totale des indemnités de départ. La déclaration a poursuivi en disant que l’indemnité de départ devrait être modérée, mais elle peut être déterminée en fonction de la situation.

Les salaires ont légèrement baissé

Les salaires des cadres moyens et supérieurs d’entreprises ayant des liens étroits avec le gouvernement fédéral ont chuté pendant la majeure partie de 2019. Le salaire le plus élevé revient au patron retraité des CFF Andreas Meyer. Selon le dernier rapport sur les salaires des cadres fédéraux, son salaire est légèrement inférieur à 932 000 francs suisses. C’est un peu moins que l’année précédente (987 500 francs).

Meyer est suivi de près par le propriétaire de Postfinance Hansruedi Köng, dont la valeur nette est de 809 000 francs, tandis que le propriétaire de Ruag Holding Urs Breitmeier a près de 758 000 francs. Le patron de la Poste a changé en 2019. En avril, Roberto Cirillo a repris Ulrich Hurni, qui a pris la direction par intérim de la Poste Suisse en juin 2018 à la suite du scandale de la poste. Le Conseil fédéral a estimé que le coût salarial du maître de poste était d’environ 693 000 francs. L’année précédente, son prix était légèrement inférieur à 1 107 500 francs suisses. L’Assemblée nationale discutera ensuite du projet de loi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.