Actualité Finance

Le patron du Seco va reconsidérer l’adhésion à l’accord commercial transpacifique

Le patron du Seco reconsidérera son adhésion à l’accord commercial transpacifique 

Selon le chef du Secrétariat d’État à l’économie (Seco), la Suisse peut bénéficier de l’adhésion à l’accord commercial transpacifique du PTPGP. Surtout si les États-Unis redeviennent un État membre. Après l’échec de la négociation d’un accord commercial avec les États-Unis, Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch, directrice du Secrétariat aux États économiques (Seco), a estimé que la Suisse pourrait accroître ses échanges commerciaux avec les États-Unis: Par le biais de l’Accord de partenariat transpacifique du PTPGP. Ineichen Fleisch a déclaré samedi dans une interview accordée à NZZ: « J’ai demandé à mon personnel d’enquêter à nouveau sur cette affaire. » « Si les États-Unis rejoignent le PTPGP, ce sera plus intéressant pour nous. »

Les 11 États de l’accord du PTPGP comprennent l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, le Mexique, le Japon et la Malaisie. Au départ, les États-Unis étaient l’un de ses partenaires, mais sous la direction de Trump, les États-Unis se sont retirés du précédent traité du PTP. Gabrielle-Ineichen Fleisch a ajouté que la Suisse avait conclu des accords avec certains pays du PTPGP. 

Mme Ineichen-Fleisch a déclaré que l’adhésion à un pays tiers pouvait offrir la possibilité de mettre à jour les accords bilatéraux. Récemment, la Suisse est devenue de plus en plus résistante aux accords commerciaux internationaux. Un référendum contre l’accord de libre-échange avec l’Indonésie a eu lieu cet été. Les gens peuvent voter sur le projet en mars. La principale raison de cette résistance est la culture de l’huile de palme: selon le comité référendaire, les forêts sont souvent abattues. Le travail des enfants est également une règle de la plantation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.