Actualité Finance

Les Suisses suppriment toutes les autres craintes à cause de Corona

Les Suisses éliminent toutes les peurs causées par Corona 

Selon une enquête du Credit Suisse, la pandémie a affecté tous les aspects de la vie et a accru la confiance du public dans la politique. 

Le Credit Suisse mène depuis 44 ans des sondages auprès de la population suisse pour établir un baromètre des préoccupations. Pour la première fois, Covid-19 est un nouveau sujet et s’est clairement hissé en tête de liste. Plus de la moitié des répondants ont déclaré que la pandémie corona actuelle était leur plus grande préoccupation. Cela place AVS à la deuxième place, alors que tous les autres problèmes sont loin derrière.

L’évaluation estime que l’impact de la pandémie sur l’humeur de la population et tous les aspects de la vie est «profond». En un laps de temps aussi court que le virus corona, le problème n’a jamais affecté aussi gravement la population suisse. En revanche, en 2001, lorsque le World Trade Center a attaqué New York, seuls 27% des personnes interrogées ont déclaré que le «terrorisme» était la principale préoccupation du pays. Cependant, le virus corona n’est pas seulement une préoccupation à court terme. Les gens s’attendent à ce que les conséquences soient énormes et peuvent en ressentir les conséquences dans les trois ans. Les quatre cinquièmes des répondants prévoient que la pandémie entraînera une hausse du chômage.

Ce problème est plus important que l’année précédente et constitue désormais la troisième préoccupation en importance, représentant 31% des répondants. En général, les inquiétudes des citoyens face à la crise économique augmentent. Beaucoup de gens craignent que cela ait un impact négatif sur l’industrie touristique suisse et sur l’économie d’exportation du pays. Si seulement 19% des personnes interrogées s’attendent à ce que leur situation financière personnelle se détériore et que 11% prévoient de perdre leur emploi dans les prochains mois, ces deux chiffres sont les plus élevés jamais enregistrés. Un baromètre de l’attention. Une bonne personne sur dix est également convaincue que, du point de vue d’une pandémie, les retraites subiront également des pertes à long terme.

Il se classe deuxième dans le baromètre de l’attention, avec 37%, mais en raison du rôle de premier plan de Corona, ses chiffres d’emploi ne sont pas aussi bons que ces dernières années. La protection de l’environnement reste un problème majeur, même si l’attention du public à la protection de l’environnement a diminué ces derniers mois. Si vous interrogez les Suisses sur les problèmes les plus urgents à résoudre, la réponse la plus courante après l’apparition de la corona est le changement climatique, même avant AVS. Le thème des étrangers et la santé et l’assurance maladie perdent chacun deux endroits, en partie parce que l’accent est entièrement mis sur la pandémie.

Dans ce dernier cas, la raison de la baisse peut également être liée au fait qu’en cas de crise sanitaire nationale, la population se concentrera sur l’élargissement de la portée des services fournis plutôt que sur le coût. De plus, les primes d’assurance maladie n’ont augmenté que légèrement au cours de la dernière année et cette année. Si la pandémie corona représente un véritable test du système de santé suisse, les personnes interrogées par l’institut gfs.berne pour le compte du Credit Suisse ont en fait confiance dans le système de santé suisse. D’autres aspects de la crise sont également considérés comme positifs, comme la numérisation du monde du travail et la tendance croissante du nombre de bureaux à domicile.

De plus, la plupart des gens pensent que cette pandémie n’aura aucun impact sur le secteur bancaire, ni même un impact positif. L’intérêt croissant du public pour les affaires politiques a également fait sensation. 85% des personnes interrogées ont déclaré être très ou plutôt intéressées par la politique – plus que jamais. Le rapport indique que le rôle important de la politique dans la réponse à la pandémie peut avoir suscité l’intérêt. D’autres facteurs peuvent être des problèmes mondiaux, tels que la campagne électorale présidentielle américaine, le changement climatique ou les campagnes politiques liées au racisme et à l’égalité.

Les électeurs ont laissé un très bon bulletin sur la politique suisse. Après le ralentissement de l’année dernière, la confiance des citoyens dans la gestion des terres, le Parlement et, surtout, le Conseil fédéral (sans doute le vainqueur de l’année) s’est accrue. 68% des personnes interrogées soutiennent le gouvernement et seule la police jouit d’une plus grande confiance du public. Reste à savoir si ces chiffres resteront aussi élevés. L’enquête a été menée en juillet 2020 et août 2020, lorsque la Suisse a été épargnée par la première pandémie corona, en partie grâce à une bonne gestion de la crise, ou du moins c’est ainsi que la plupart des Suisses le font. de. Les masses l’ont vu.

Cependant, avant le deuxième tour d’enquête, 70% des répondants avaient annoncé que le Conseil fédéral devait jouer son rôle de chef de file plus efficacement. Malgré la plus grande mobilisation depuis la Seconde Guerre mondiale, les forces armées ne peuvent pas bénéficier de ces circonstances particulières. Le niveau de confiance mesuré est de 48%, le niveau le plus bas depuis 2012. L’enquête montre que la relation entre la sécurité militaire et la population au sens traditionnel est relativement minime. Grâce à Corona, il faut d’abord assurer la sécurité de l’approvisionnement (médicaments, aliments, énergie). Ensuite, il y a la sécurité économique mondiale (maintien de la prospérité), les nouvelles menaces (protection des données, sécurité des réseaux, pandémie, terreur) et le maintien des intérêts nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.