Actualité Finance

L’industrie chocolatière suisse s’effondre en raison de la crise corona

L’industrie suisse du chocolat s’est effondrée en raison de la crise du corona

L’impact de la pandémie corona a mis une pression énorme sur l’industrie suisse du chocolat. Entre janvier 2020 et août 2020, les ventes de chocolat suisse ont baissé de 14,3%. L’Association professionnelle Chocosuisse s’inquiète pour l’emploi et appelle désormais à la suppression des «réglementations préjudiciables à l’établissement». Selon un communiqué de presse de l’association professionnelle Chocosuisse, tant le commerce intérieur (-14,9%) que les exportations (-13,9%) des chocolateries suisses ont été affectés par la baisse des ventes au cours des huit premiers mois de 2020. Publié mardi. Entre mai 2020 et août 2020, les ventes de cette industrie ont même diminué de 21,5% par rapport à la même période l’an dernier.

Touristes et agences de voyage manquants

Sur le marché intérieur, les informations fournies indiquent que les points de vente qui ont généralement un grand nombre de clients et un flux élevé de touristes internationaux sont affectés. Dans le même temps, cependant, la quantité de chocolat importé a également augmenté et, selon Chocosuisse, les fabricants suisses subissent une « double pression ». Les exportations, qui représentent plus de 70% des ventes, ont également subi des pertes. Au cours de l’été, le chiffre d’affaires de l’industrie a également chuté de manière significative. L’industrie mondiale de la vente touristique et les activités avec les hôtels internationaux, les conférences et les industries de la restauration touristique ont été gravement touchées.

Sur ces marchés importants, la reprise a été longue.

Matières premières chères

Les associations professionnelles appellent désormais les responsables politiques à prendre des contre-mesures en ciblant les «réglementations protectionnistes», qui mettent en danger le statut de la Suisse en tant que base économique. En raison de la protection aux frontières, les matières premières telles que les produits laitiers de base et le sucre en Suisse sont beaucoup plus chères que les pays voisins. Le mécanisme de compensation est « incomplet ou inexistant ».

La proposition soumise au Comité économique de l’Assemblée nationale pour consultation espère « continuer à mettre en œuvre des mesures protectionnistes pour le chocolat », ce que l’association juge incompréhensible. Au lieu de cela, il a appelé à « l’élimination des distorsions de concurrence existantes ». Selon les données, il y a 16 usines de chocolat dans l’industrie du chocolat suisse, employant 4.840 employés. En 2019, l’industrie a produit 200274 tonnes de chocolat pour un chiffre d’affaires de 1,79 milliard de francs suisses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.