Actualité Finance

Le mandat immobilier

immobilier
immobilier

Le mandat immobilier

Le mandat immobilier est une pièce peu connue du monde immobilier. On parle souvent de mandat des développeurs ou de désactivation des développeurs. Essentiellement, c’est une clause insérée dans les contrats qui stipule que si un certain pourcentage des unités d’un développement est épuisé à une certaine date, le développeur sera alors payé pour ces unités. C’est un moyen pour le développeur d’éviter que le projet dépasse le budget et potentiellement de ne pas lui rapporter d’argent. Cependant, dans certains cas, cela peut amener un développeur à vendre des unités aux premiers acheteurs dans le but de respecter la date limite et de retirer le projet de ses livres.

 

Le holdout immobilier est un promoteur qui construit son portefeuille depuis plusieurs années, mais refuse de vendre. Dans de nombreux cas, cela est vrai pour les personnes qui achètent des propriétés depuis des décennies et sont prêtes à passer à autre chose. Ils veulent attendre de voir ce que le marché va faire avant de se lancer dans le grand bain et de tenter une nouvelle entreprise commerciale. D’autres tiennent simplement parce qu’ils ont peur des coûts potentiels pour eux s’ils décident de passer à autre chose. Dans tous les cas, le promoteur doit déterminer quel est son statut d’immobilier et s’il est prêt à renoncer à son refus de vendre.

 

Un promoteur qui a peur de la possibilité d’un mandat ne tient probablement pas à jamais son bien immobilier. Si un nouvel acheteur veut la propriété, le promoteur peut être disposé à négocier un prix d’achat avec lui. En attendant, la propriété est assise là et perçoit les frais de location. Il est toujours considéré comme une location, même s’il est utilisé par un locataire payant.

 

Les développeurs savent qu’ils doivent développer de nouveaux projets s’ils veulent continuer à investir dans l’immobilier. Cependant, ils reconnaissent également qu’ils doivent réaliser ces projets le plus rapidement possible. C’est là que le mandat des développeurs entre en jeu. Pour eux, le projet doit être rentable dès le premier jour, faute de quoi le promoteur devra perdre tous les fonds en capital. C’est pourquoi ils choisissent souvent d’attendre pour vendre le bien immobilier jusqu’à ce qu’ils finissent le projet et commencent à voir des bénéfices. Une fois que les promoteurs savent que leur projet va réussir, ils peuvent passer à d’autres entreprises immobilières.

 

Le gouvernement a intérêt à faire en sorte que les projets de développement aient lieu et aboutissent. Le but de la Loi sur le simple mandat immobilier était de créer un ensemble uniforme d’exigences que les promoteurs devaient suivre afin que le succès global d’un projet soit plus probable. À quelques exceptions près, le mandat oblige les promoteurs à fournir des logements habitables et en bon état. Si le projet ne répond pas à ces normes, le projet doit être réévalué et le propriétaire actuel est alors tenu de soumettre des plans au gouvernement détaillant comment ils remédieront à la situation.

 

Un développeur peut recevoir une aide du gouvernement de plusieurs façons lorsqu’il ne satisfait pas à toutes les exigences. Tout d’abord et de toute évidence, le promoteur peut travailler avec les responsables locaux et soumettre un plan détaillé montrant comment ils traiteront le problème du logement abordable. En plus de cela, les promoteurs peuvent également soumettre une proposition au gouvernement montrant comment ils augmenteront les revenus et les avantages des résidents en échange de l’abandon des droits de construire un certain nombre d’unités. Le promoteur peut également soumettre un plan directeur indiquant le nombre d’unités qui seront construites et le nombre d’unités qui seront louées. Si le développeur ne répond pas aux exigences obligatoires et facultatives, cependant, le développeur sera tenu par la loi de demander l’aide d’autres développeurs.

 

Si un promoteur accepte de demander de l’aide, il doit d’abord passer par une évaluation indépendante pour voir si le projet de logement est en fait viable. L’évaluation devrait examiner plusieurs aspects différents, notamment la démographie de la région, le taux de chômage et divers autres facteurs. Une fois que le bureau immobilier a déterminé que le projet est viable, il peut demander au promoteur de retourner au bureau et de connaître les exigences de zonage dans la région. Les développeurs qui cherchent à obtenir de l’aide peuvent également vouloir consulter la liste de l’examen annuel des commissions de zonage et de planification qui se trouve sur leur site Web.

 

Certains promoteurs peuvent être confus quant à la volonté des agences immobilières d’augmenter la densité dans la ville. En effet, de nombreuses villes sont devenues plus restrictives récemment et les promoteurs qui construisent des projets haut de gamme constatent qu’il n’y a pas d’incitation de la part de la ville parce que les promoteurs installent des unités plus chères au pied carré et s’attendent à ce que les développeurs La réalité, cependant, est que les développeurs doivent donner accès à de nombreuses opportunités de vie. S’ils ne construisent pas suffisamment d’unités, ils risquent de perdre leur bail ou de voir le projet fermer. Les développeurs doivent respecter toutes les réglementations ou s’exposer à des amendes pouvant s’élever à des millions de dollars.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *