Actualité Finance

Qu’est-ce qu’un plébiscite?

Qu'est-ce qu'un plébiscite

Qu’est-ce qu’un plébiscite?

Un plébiscite est une élection indirecte et directe populaire où un électorat complet est invité à voter et à une seule proposition. Il est mené sous l’autorité d’un Parlement et est généralement détenu dans la localité où les candidats souhaitent représenter. Un plébiscite est généralement appelé plébiscite, mais peut également être appelé référendum. Cela peut entraîner l’adoption d’une nouvelle loi ou d’une nouvelle politique par les électeurs. Cela peut également signifier le retrait de certaines lois existantes. Cet article discute de ce qu’un plébiscite est, pourquoi cela se produit et comment il est lancé.

 

Un plébiscite est détenu dans de nombreux cas à l’aide d’un système de vote appelé Parlignet où il y a un vote pour chacune des lois / sujets proposés. Ces lois sont présentées devant l’électorat par une proposition présentée par une autorité autonome. L’Autorité doit être composée de membres de la législature présents et d’agir à travers leurs représentants officiels. Une fois que la proposition est faite, les gens sont invités à voter à approuver ou à l’encontre de la proposition. S’ils approuvent la proposition, ils ont voté pour la loi, s’ils s’y opposent, ils ont voté contre la loi.

 

Le plébiscite est utilisé comme moyen de mettre une question devant les électeurs pour une éventuelle adoption ou un rejet. Dans un pays avec une structure décentralisée, comme l’Irlande, un plébiscite peut être placé devant un électorat lorsqu’une proposition est soutenue par une majorité de citoyens, à condition que l’initiative soit reprise par une grande majorité des citoyens à une élection générale. Pour que cela réussisse, la Constitution doit être approuvée à la majorité des citoyens à une élection générale. Lorsqu’un plébiscite est mis avant l’électorat, une liste de raisons valables doit être donnée en expliquant la raison de l’initiative. Il est également nécessaire que les raisons soient spécifiées et détaillées. Si la raison est populaire soutenue par une majorité de citoyens, la proposition est passée.

 

Étant donné que les plébiscites sont essentiellement des affaires d’une personne, chaque citoyen qui souhaite participer doit faire appel à un bulletin de vote individuel. Ce système peut bien fonctionner pendant certaines fins, mais pas tous. Par exemple, dans un système politique purement proportionnel où une partie est élue et que l’autre n’est pas, avoir plus de personnes votantes pour une ardoise que pour une autre peut entraîner un excédent de votes pour une partie. Dans un plébiscite où chaque citoyen a son mot à dire, le même vote excédentaire peut aller à l’une ou l’autre des ardoises entraînant un résultat équitable et équitable.

 

Une autre question publique importante survenue du plébiscite concerne la légitimité. L’ensemble du processus est essentiellement effectué sous le concept de chèques et de soldes. Le rôle de la Chambre des représentants et du Sénat est de veiller à ce que le processus se passe bien et que le résultat est juste et équitable. La Constitution n’élève pas comment cela doit être fait. Les tribunaux jouent un rôle important en déterminant si le processus a été juste et dispose des contrôles et des soldes nécessaires. Lorsque le résultat d’un plébiscite est déterminé par une Chambre de représentants ou un Sénat, la légitimité du processus devient un problème.

 

Si la Chambre des représentants ou le Sénat transmet un plébiscite avec une supermajorité, il est appelé un bref d’élection. Si la maison ou le Sénat ne réussit pas la résolution dans un délai de vingt et une journée, une exigence de supermajorité de la résolution de devenir loi est déclenchée. Le bref sera publié dans le registre du plébiscite et sera contraignant à toutes les personnes. Il est effectivement appelé sondage douteux, car, s’il est contesté par un citoyen en colère, la validité du plébiscite est remise en question.

 

Le processus d’avoir un plébiscite a lieu, tout comme n’importe quel autre vote populaire. Cependant, il existe des différences entre un référendum et un plébiscite. Premièrement, un référendum exige que la majorité de la population accepte les résultats du plébiscite. Dans le cas d’un plébiscite, le résultat du plébiscite est déterminé à la majorité de plusieurs individus, pas nécessairement une majorité de personnes en général. En outre, la Constitution nécessite uniquement une simple majorité pour que la plébiscite soit valide.

 

Un plébiscite n’est pas un sondage juridiquement contraignant, car la Constitution ne stipule pas la manière dont un plébiscite doit être mené, qui peut contester le résultat ou comment le résultat sera annoncé. Il est également important de noter que si le plébiscite passe avec une majorité et la Constitution est approuvée par la population, cela ne signifie pas que le plébiscite était constitutionnel. Pour résumer, le plébiscite n’est rien de plus qu’un vote populaire chez les citoyens. Si le vote populaire va d’une autre, le plébiscite est constitutionnel.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.